Le Premier ministre palestinien, Ahmed Koreï, condamne l’attentat-suicide de Jérusalem pendant que les Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, la branche armée du Fatah, le mouvement du président de l’Autorité Palestinienne Arafat, le revendiquent

jeudi 29 janvier 2004

Cette attentat montre encore une fois le double language des Palestiniens et menace de faire dérailler une nouvelle initiative de paix lancée par les Etats-Unis. Des sources politiques israéliennes ont cependant indiqué que l’échange de prisonniers en cours entre Israël et la milice chiite terroriste du Hezbollah devrait se dérouler comme prévu.


La déflagration, survenue en pleine heure de pointe du matin, a semé le sang et la panique dans le quartier résidentiel où elle s’est produite.

Selon la police, l’auteur de l’attentat était membre de la police de l’Autorité Palestinienne, iil avait vécu dans la ville de la Rive occidentale de Bethléem.

L’explosion, est survenue à quelques dizaines de mètres seulement de la résidence de Sharon.Au moment de l’explosion, le chef du gouvernement israélien se trouvait dans son ranch du Neguev.

Les policiers ont fait état d’un bilan de dix morts et plusieurs dizaines de blessés.

« Il (le bus) était bondé. Quand il est arrivé rue de Gaza, une violente explosion s’est produite à bord », a déclaré le chef de la police de Jérusalem, Mickey Levy, à la Galei Tsahal . « C’est un attentat très sérieux. »

Le terroriste-suicide s’est fait sauter sur l'autobus No 19 voyageant de l’Hôpital Universitaire Hadassah, Ein Karem -Mt. Scopus.

Le souffle de la déflagration a arraché le toit du véhicule, fait voler ses vitres en éclats et dispersé des chairs humaines à une quinzaine de mètres à la ronde.

« J’ai entendu une explosion. Je suis revenue vers le bus », a expliqué un témoin, Drora Resnick. « C’était comme une scène pastorale — le soleil brillait, et tout était calme dehors — sauf dans le bus, où c’était un cauchemar. Des corps brûlés étaient sur les sièges, immobiles. »Il y a avait des enfants, brûlés eux aussi, et assis ensemble. Des gens ont commencé à sortir du bus, mais ils sont restés sans bouger", a-t-elle ajouté.

L’atentat-suicide a été revendiqué par les Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, la branche armée du Fatah, le mouvement du président de l’Autorité Palestinienne Arafat.

L’explosion du bus coïncide par ailleurs avec la visite dans la région de l’émissaire américain John Wolf, qui a rencontré cette semaine des responsables israéliens et palestiniens pour tenter de remettre au goût du jour la « feuille de route » pour la paix....


La revue des infos

Mots-clés

Accueil