Mashaal : Nous proposons de ne viser que des cibles militaires

Par Sylvie Berg - Jerusalrm Post édition française

lundi 31 mars 2008

Le leader spirituel du Hamas Khaled Mashaal, en exil à Damas en Syrie, a déclaré avoir proposé à Israël un accord visant à n’attaquer que les cibles militaires. Dans une interview accordée lundi 31 mars à la chaîne britannique Sky News, Mashaal a noté que l’offre était identique à celle qui avait été faite à Israël en 1998.


« Nous renouvelons notre offre à Israël pour faire en sorte que les civils des deux parties n’entrent pas dans ce conflit », a-t-il déclaré. « Nous renouvelons cette offre aujourd’hui. »

Mashaal a fait savoir que si Tsahal arrêtait de tuer des civils palestiniens, le Mouvement de la résistance islamique s’engagera à viser uniquement des cibles militaires israéliennes dans ces attentats.

Mashaal a confirmé que le caporal Gilad Shalit- le soldat emprisonné à la suite d’une attaque perpétrée par des terroristes palestiniens contre Tsahal le 25 juin 2006- est en vie.

L’attaque avait été revendiquée conjointement par la branche armée du Hamas -les Brigades Ezzedine Al-Qassam-, les Comités de la résistance populaires et l’« Armée de l’Islam », un groupe alors inconnu.

« Gilad [Shalit] est vivant et nous le traitons correctement mais Israël maintient les prisonniers palestiniens dans de mauvaises conditions », a lancé le leader du Hamas au média britannique.

Mashaal a poursuivi en disant que selon le Hamas, le nombre de Juifs morts dans la Shoah était « exagéré ».

« Nous ne nions pas l’existence de l’Holocauste, mais nous croyons que l’Holocauste a été exagéré par le mouvement sioniste » et ce, selon lui, afin de légitimer ses actions envers le peuple palestinien.

« Nous ne nions pas les faits mais nous n’acceptons pas deux éléments. Nous n’approuvons pas le nombre exagéré [de personnes mortes pendant l’Holocauste] et nous n’approuvons pas qu’Israël l’utilise pour faire ce qu’il veut », a-t-il lancé.

Mashaal a aussi appelé à des pourparlers de réconciliation avec le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, du Fatah.

« Nous invitons Monsieur Abbas à venir à Gaza pour y conduire des pourparlers sans conditions. Des pourparlers s’intéressant aux raisons de cette division [interpalestinienne entre d’un côté la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, et la Judée-Samarie, sous contrôle de l’AP] et aux moyens de revenir à une unité à Gaza et en Judée-Samarie et de résoudre le problème sécuritaire », a-t-il ponctué.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil