Communiqué du Bureau national de Vigilance Contre l’Antisémitisme

mercredi 5 mars 2008

Le Bureau national de Vigilance Contre l’Antisémitisme salue l’action de la police et de la justice des Hauts de Seine qui ont mis en lumière une affaire grave relative à la séquestration d’un jeune homme, le 22 février 2008 dans une cité de Bagneux et qualifiée par le juge d’instruction de Nanterre, d’antisémite, mettant en examen et en détention les six auteurs mis en cause, dont l’un encore mineur.


Dès qu’il a eu connaissance de cette information, le président du BNVCA , Mr Sammy GHOZLAN a retrouvé l’adresse de la famille et s’est rendu sur place, cite Pablo Picasso à BAGNEUX, où il a rencontré la famille de Matthieu R ...qui lui confirme que le jeune homme de 19 ans, avait en toute confiance suivi des camarades de la cité qu’il connaissait bien.

Ceux-ci l’ont entraîné dans le box appartenant à l’un des individus, puis lui ont fait subir des tortures et des sévices, l’ont insulté et humilié, ont tenté de lui extorquer la somme de 1000 euros. Ils l’ont libéré plusieurs heures après, non sans l’avoir menacer de le tuer s’il déposait plainte.

Blessé et choqué, le jeune Matthieu a déposé plainte et raconté que les six individus mis en cause ont commis sur lui des actes de barbarie, en lui faisant avaler des mégots de cigarettes, des suppositoires, le faisant boire jusqu’à l’ivresse, écrivant sur son visage « Sale Juif » et « 20 euros la pipe ».

Selon les parents,le jeune Matthieu n’avait aucun contentieux financier avec ses ravisseurs.

La famille très choquée a préféré éloigner leur fils pour l’instant de cette cité,et envisage de la quitter.

Nous avons constaté que ni Matthieu ni sa famille n’ont aucun rapport avec la communauté juive locale ni avec la pratique du judaïsme, et nous considérons comme très préoccupant que du seul fait que le jeune Matthieu porte un nom à consonance juive, il ait pu subir cette violence mue par cette haine antijuive, comme si le juif n’avait plus le statut de personne humaine. C’est en tout cas ce que constate le BNVCA qui recense de plus en plus d’actes d’agression d’abord ordinaire, dont les auteurs deviennent plus violents, lorsqu’ils découvrent que leur victime est juive.

Nous considérons que cette affaire qui se déroule aussi à Bagneux rappelle étrangement en plusieurs points le rapt et l’assassinat d’Ilan HALIMI.

Bien qu’elle n’ait heureusement pas eu les mêmes conséquences, nous considérons que l’affaire d’Ilan HALIMI n’a pas servi de leçon.

Nous demandons au Maire de Bagneux de mettre en place dans les meilleurs délais, dans les cités de sa commune,une campagne d’information pédagogique de nature à éradiquer la haine antijuive qui semble y régner, de même que la violence qui s’y répand.

Nous demandons à la justice de sanctionner très sévèrement les auteurs des faits, afin que leur peine soit dissuasive et exemplaire pour eux comme pour d’autres qui seraient tentés de les imiter.

Conformément à la demande de la LICRA qui a décidé d’aider Matthieu et sa famille au plan de judiciaire,le BNVCA a mis la famille de Matthieu en relation avec le service juridique de la LICRA


La revue des infos

Mots-clés

Accueil