L’Allemagne rend hommage aux victimes de l’holocauste

Ambassade d’Allemagne

mardi 29 janvier 2008

Soixante trois ans après la libération du camp de concentration d’Auschwitz, la classe politique allemande a rendu hommage à la mémoire des victimes du national-socialisme. Les députés du Bundestag ont tenu vendredi une séance commémorative en présence de 75 jeunes Allemands, Français, Polonais et Tchèques, et des plus hautes autorités de l’Etat dont le président fédéral Horst Köhler et la chancelière Angela Merkel.


La cérémonie a été marquée par la lecture de textes de l’écrivain tchèque Lenka Reinevorá dont la famille a été victime de l’holocauste et qui dut elle-même s’exiler. A près de 92 ans, cette figure de proue de la littérature germanophone de République tchèque, défend le projet de créer à Prague une maison de la littérature de langue allemande, afin de renouer avec la tradition de dialogue initiée par les écrivains praguois de langue allemande tels que Franz Kafka et Rainer Maria Rilke.

Au cours de la cérémonie, le président du Bundestag, Norbert Lammert, a souligné que la dictature nazie constituait un rappel permanent à défendre la démocratie en Allemagne. Il a dénoncé comme « honteux qu’une présence policière reste nécessaire en permanence dans notre pays pour protéger les institutions juives contre les agressions ».

L’antisémitisme en Allemagne et dans le monde était le thème d’un forum organisé parallèlement à Berlin par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Angela Merkel en a prononcé le message d’ouverture en avertissant contre la diffusion de l’antisémitisme dans toutes les couches de la société, et dans tous les pays de l’OSCE avec une intensité et un contenu variable. Le risque d’antisémitisme est particulièrement marqué là où la situation sociale est difficile. « Pour autant, je plaide toujours pour ne rien excuser », a affirmé la chancelière.

La journée de commémoration à la mémoire des victimes de l’holocauste se déroule tous les ans le 27 janvier, date-anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge. Le président fédéral Roman Herzog l’avait instituée en 1996 en expliquant : « le souvenir ne doit pas s’éteindre, il doit aussi appeler les générations futures à la vigilance ». La commémoration a été avancée cette année car le 27 janvier tombait un dimanche. Depuis 2005, la date donne également lieu à une commémoration internationale.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil