Le Caire invite le Hamas à des pourparlers sur Rafah

Par Khaled Abou Toameh © Jerusalem Post édition française

lundi 28 janvier 2008

L’Egypte a invité des représentants du Hamas au Caire à des pourparlers sur les moyens de contrôler la frontière entre la bande de Gaza et le Sinaï. Des responsables du Hamas ont précisé que la rencontre aurait lieu plus tard dans la semaine et ont fait part de leur satisfaction face au fait que les Egyptiens coordonnent leurs mouvements avec l’organisation.


L’invitation survient quelques heures après la visite au Caire du Premier ministre de l’Autorité palestinienne. Salaam Fayad a appelé les Egyptiens à permettre à la Force 17 de l’AP d’assumer le contrôle du terminal de Rafah. Le chef du gouvernement palestinien aurait par ailleurs fait part à ses interlocuteurs égyptiens de l’opposition de l’AP à la présence de membres de l’appareil sécuritaire du Hamas à la frontière.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères de l’AP Riad al-Malki a déclaré que les Egyptiens avaient consenti à permettre à la Garde Présidentielle de retourner au terminal de Rafah conformément à un accord conclu entre les deux partis en 2005. Les forces du président de l’AP Mahmoud Abbas ont quitté la frontière suite à la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en juin dernier.
Abbas a été invité au Caire en fin de semaine pour des pourparlers avec le président Hosni Moubarak sur la crise frontalière.

S’adressant à des journalistes au Caire, Malki a déclaré : « Le Hamas devra accepter la présence de la Garde Présidentielle à la frontière. C’est la position égyptienne qui nous a été présentée par le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit et le chef des renseignements Omar Suleiman. » Le ministre de l’AP a ajouté que l’accord serait discuté par les ministres des Affaires étrangères de la Ligue Arabe pendant leur réunion au Caire et a averti le Hamas contre son rejet. « Si le Hamas rejette l’accord, ils seront tenus responsables de la fermeture de la frontière [avec l’Egypte], » a-t-il dit.

Plus tôt cette semaine, Abbas a présenté aux ministres de la Ligue Arabe un plan de sécurité pour le contrôle de la frontière. Le plan appelle au déploiement de membres de la Garde Présidentielle d’Abbas au terminal de Rafah et ignore complètement la demande de contrôle commun présentée par le Hamas.

Le Hamas a réitéré dimanche son opposition au plan d’Abbas, affirmant qu’il ne reconnaîtra pas l’accord signé entre l’AP et l’Egypte après le départ d’Israël de la bande de Gaza en 2005. « Nous voulons de nouvelles dispositions à la frontière, » a dit le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri. « L’accord conclu en 2005 n’existe plus. » Il a ajouté que la raison principale de l’opposition du Hamas à l’accord de 2005 était le fait qu’il permette la présence d’observateurs étrangers au terminal. « Le terminal de Rafah devrait être contrôlé uniquement par des Palestiniens et des Egyptiens, » a-t-il dit.

Sur le terrain, les forces de sécurité égyptiennes ont encerclé les routes menant à el-Arish au nord du Sinaï, empêchant des centaines de Palestiniens d’atteindre la ville. Elles ont également ordonné aux magasins et aux stations d’essence de fermer dans le cadre des tentatives visant à bloquer le flot de Gazaouites. Toutefois, les Palestiniens continuaient dimanche d’affluer en masse vers d’autres secteurs du territoire égyptien pour la cinquième journée consécutive.

Avec AP.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil