Moscou espère jouer un rôle dans les pourparlers entre Israël et la Syrie

Par Herb Keinon | © Jerusalem Post édition française

lundi 24 décembre 2007

La Russie veut « faciliter » les pourparlers entre Israël et la Syrie et a transmis au cours des derniers mois des messages de Damas à Jérusalem. Selon des sources diplomatiques israéliennes, Moscou considère son engagement dans ce dossier comme un moyen d’accroître son influence dans la région.


Voir en ligne : centre d’abonnement du Jérusalem Post édition française

La Turquie a également joué ce rôle ces derniers mois. Mais alors que les Turcs entretiennent de bons contacts avec les Syriens, les Russes en raison de leurs ventes d’armes à Damas et de leur statut de puissance mondiale ont plus de moyens de faire pression sur le régime de Bashar Assad. Selon les diplomates israéliens, Moscou est ainsi pour beaucoup dans la décision de la Syrie de participer au sommet d’Annapolis.

Selon Jérusalem, les Russes sont concernés par l’axe Iran-Syrie-Hamas-Hezbollah qui a engendré une cause commune entre les Chiites et les extrémistes sunnites et risque potentiellement de créer un problème sérieux en Russie du Sud. En conséquence, Moscou a conclu qu’une façon de traiter avec la situation est d’éloigner la Syrie de l’orbite iranienne, ce qui pourrait être rendu possible avec la conclusion d’un accord entre Damas et Jérusalem. Cela explique l’intérêt russe intensifié pour le dialogue entre Jérusalem et Damas.

Par ailleurs, la Russie est revenue sur ses intentions d’organiser une conférence de paix internationale à Moscou qui traiterait non seulement de la question palestino-israélienne, mais également du dossier syro-israélien. Selon des responsables israéliens, les Russes parlent maintenant d’une rencontre à plus petite échelle au printemps. Bien qu’Israël n’ait pas officiellement été informé par les Russes des intentions de Moscou, Jérusalem pense que le Kremlin prévoit de convoquer une conférence d’« experts techniques », soit des hauts responsables des ministères des Affaires étrangères ou leurs équivalents, pour discuter de la question israélo-palestinienne.

L’idée générale serait d’inviter Israël, les Palestiniens et les membres du Quartet les Etats-Unis, l’UE, la Russie et l’ONU et probablement des représentants de la Ligue arabe. Les responsables israéliens ont précisé que pour le moment, tous attendent de voir l’évolution des négociations israélo-palestiniennes bilatérales avant d’adopter une position sur la question.

Tandis qu’Israël a fait comprendre que des réunions internationales supplémentaires sont superflues en ce moment, il n’a pas formellement rejeté la proposition russe puisqu’il n’y a aucune proposition russe formelle à rejeter.


Les textes

Mots-clés

Accueil