Violation de l’espace syrien : un officier syrien conteste la version de Damas et affirme que les avions n’étaient pas israéliens

Mediarabe.info

mardi 11 septembre 2007

Selon le quotidien koweïtien « Al Seyassah », les avions qui ont violé l’espace aérien syrien, dans la nuit de mercredi à jeudi, n’étaient pas israéliens. Le quotidien cite un officier syrien, rattaché à la station radar de « Bourj Islam », au nord de Lattaquié, selon lequel les avions ont pénétré l’espace aérien depuis la Turquie, et non depuis la Méditerranée.


Ce gradé syrien qualifie le communiqué officiel de l’armée syrienne de « déclaration politique et non militaire », car les informations publiées sont erronées. Il défie les autorités de son pays de pouvoir prouver que les avions sont israéliens. Selon lui, la station radar syrienne principale, situé dans la région centre à Chanchar, qui surveille les appareils israéliens depuis leur décollage, et qui couvre le sud, l’ouest et le sud-ouest de la Syrie, n’a détecté aucune incursion, cette nuit là. Au contraire, les avions ont été détectés par la station secondaire de Bourj Islam, alors qu’ils se trouvaient dans l’espace turc, d’où ils ont effectué leur incursion à Tal Abiyad jusqu’à Rakka. Il s’agit d’avions américains qui ont décollé de la base d’Inçerlik en Turquie, ou d’appareils turcs, assure l’officier de service.

A cet égard, Ankara affirme qu’une enquête était en cours pour identifier les avions. L’officier syrien ajoute que les avions n’ont largué aucune munition mais simplement des réservoirs de carburant, pour retrouver une plus grande mobilité dans leur retraite. Selon lui, le communiqué syrien officiel est erroné et relève d’une manoeuvre politique.

Rappelons que l’hypothèse d’un survol américain avait été évoqué par MediArabe.info. La tension entre Damas et Washington autour de l’ingérence syrienne en Irak justifie une telle agression de la souveraineté de la Syrie.


Les textes

Mots-clés

Accueil