L’insoutenable lťgŤretť de l’Ítre cinťmatographique

Gilles William Goldnadel

vendredi 7 septembre 2007

J’ai des petits problŤmes avec le cinťma.
_ C’est le Festival de Cannes qui avait cru devoir encenser, il y a peu, MichaŽl Moore et son cinťma caricatural et caricaturant qui plait aux rebelles cannois pour sa dťtestation de l’Amťrique rťpublicaine.


Voir en ligne : Lire l’article sur : http://blognadel.over-blog.com/

Il y a quelques jours, c’est Fanny Ardant qui conna√ģt pourtant parfaitement la r√©alit√© italienne, qui s’est lanc√©e dans une dithyrambe fr√©n√©tique et romantique √† l’√©gard de R√©nato Curccio, le fondateur des Brigades Rouges, qui ont, on se le rappelle, assassin√© Aldo Moro et √©taient sp√©cialis√©s dans la « jambisation » des journalistes et magistrats. Autrement dit, qui les estropiaient pour cause de r√©calcitrance.

En revanche, je n’ai pas vu la moindre r√©action des gens de cin√©ma ou de leurs repr√©sentants, lorsque le 28 ao√Ľt dernier, le syndicat des acteurs √©gyptiens a menac√© Amr Waked, un com√©dien vedette, d’√™tre interdit de tournage en Egypte s’il jouait aux c√īt√©s d’un acteur isra√©lien dans un t√©l√©film consacr√© √† la vie de Saddam Hussein.

L’acteur √©gyptien, qui avait jou√© en 2005 dans Syriana aux c√īt√©s de Georges Clooney, a affirm√© pour se d√©fendre, qu’il ignorait que son partenaire √©tait Isra√©lien...

Au-del√† de la passivit√© g√©n√©rale du monde politique, artistique et intellectuel devant ce nouvel acte caract√©ris√© de discrimination pour cause d’appartenance √† un peuple, qui montre √† quel point le monde s’habitue peu √† peu √† la mise √† l’index d’Isra√ęl et des Isra√©liens, on rappellera non sans une certaine lassitude, que l’Egypte est le premier et grand √Čtat arabe √† avoir sign√© un accord de paix d√©finitive avec l’√Čtat juif qui proscrit express√©ment ce genre de mauvaises mani√®res.

Si aucun pays, aucune institution ne rappelle jamais au monde arabe ses engagements et ses devoirs les plus indiscutables, il y a peu de chances que les israéliens se sentent encouragés à prendre de nouveaux risques pour une paix fragile et illusoire.

Et, m’est avis que nous aurions grand tort de les y pousser pour le seul plaisir de ne pas d√©sesp√©rer Cannes et Saint-Germain-des-Pr√©s.

(D’apr√®s ma chronique sur Radio J du 7 septembre 2007)


Les textes

Mots-clés

Accueil