La déception est-elle bonne conseillère ?

Philippe Boukara

dimanche 19 septembre 2021, par Desinfos

La déception est une notion affective, et Raymond Aron aimait à faire remarquer la part affective dans les motivations des choix politiques – lui qui s’est efforcé, tout au long de sa vie et de son œuvre, de rationaliser ce champ de la réflexion. Après la déception vient souvent le dépit, qui n’est pas forcément le meilleur conseiller.
Le politique est le domaine du relatif, du réel qui reste opaque à ceux qui le vivent dans le présent de l’action et de la décision. C’est avec le recul du temps que l’on croit être plus intelligent que ceux qui ont fait l’expérience en temps réel.


Voir en ligne : https://www.leclaireur.org/magazine...


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil