L’Iran au comité de l’antiracisme. La République islamique choisie par l’ONU pour une « position dirigeante» dans la préparation de la conférence de l’antiracisme (Durban II)

Yaakov Lappin | Ynet news. Version Française Desinfos.com

vendredi 24 août 2007

Malgré ses nombreux appels ŕ la destruction d’Israël et les dénis répétés de l’Holocauste, l’Iran a été choisi par les Nations unies pour une position dirigeante dans un comité qui préparera la Conférence Mondiale 2009 de l’ONU contre le Racisme. Le comité d’organisation, qui se réunira pour la premičre fois ŕ Genčve le 27 aoűt, sera composé d’un cercle intérieur de 20 États membres de l’ONU et doit ętre dirigé par la Libye.


Voir en ligne : L’article en anglais sur : http://www.ynetnews.com/

La dĂ©cision d’inclure l’Iran au sein du comitĂ© a Ă©tĂ© prise par les«  watchdogs » de l’ONU. « En tant que porte-parole de l’ONU contre le racisme, l’Iran inversera totalement le message et la mission des Nations Unies, » Anne Bayefsky, rĂ©dacteur en chef de Eye on the UN basĂ© Ă  New York, le dit dans un communiquĂ© de presse.

« L’Iran est maintenant placĂ©e pour se draper du drapeau de l’ONU comme dirigeant de la prochaine confĂ©rence mondiale contre le racisme, Durban II, » a-t-elle ajoutĂ© se rĂ©fĂ©rant Ă  la confĂ©rence de l’ONU de 2001 « contre le racisme » tenu Ă  Durban, en Afrique du Sud, qui a vu des niveaux sans prĂ©cĂ©dent de rhĂ©torique anti-Sioniste et a appelĂ© Ă  la destruction d’IsraĂ«l.

En parlant Ă  Ynetnews, Bayefsky a indiquĂ© que « les tenants principaux de l’antisĂ©mitisme, soi dirigĂ© contre les Juifs individuellement ou contre le peuple Juif plus gĂ©nĂ©ralement, continuent avoir une plate-forme mondiale Ă  l’ONU. Ce n’est qu’un exemple d’un phĂ©nomène plus large. »

« Eye on the UN » a constatĂ© qu’en 2006 le système de l’ONU a dans l’ensemble adressĂ© la plupart des condamnations pour des violations des droits de l’homme contre des Ă©tats spĂ©cifiques - d’abord vers IsraĂ«l et en quatrième vers les Etats-Unis. L’Iran Ă©tait en bas sur la liste des pays concernĂ©s des droits de l’homme de l’ONU,« a dit Bayefsky, ajoutant : »que le contribuable des USA continue Ă  payer un quart de la facture pour les activitĂ©s qui placent comme dĂ©moniaques les AmĂ©ricains et les IsraĂ©liens Ă  une Ă©chelle mondiale.« Un porte-parole du bureau du Haut commissaire pour les Droits de l’homme de l’ONU a confirmĂ© Ă  Ynetnews que »l’Iran est un de 20 États qui sont les membres du bureau du ComitĂ© PrĂ©paratoire,« , mais a ajoutĂ© que »l’Iran n’occupe pas de rĂ´le principal.« InterrogĂ© sur, comment un Ă©tat qui nie ouvertement l’Holocauste pourrait se trouver dans un tel rĂ´le, le porte-parole a dit : »le ComitĂ© PrĂ©paratoire est un corps intergouvernemental, ce qui signifie que les États ont Ă©tĂ© choisis librement pour siĂ©ger au ComitĂ© PrĂ©paratoire. Ce sont les États membres qui dĂ©cident."

Lire en PDF et en Français, 2 rĂ©solutions de l’ONU sur le sujet :

« L’ONU dĂ©tournĂ© de nouveau »

Bayefsky a expliquĂ© que la structure du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU a efficacement Ă©tĂ© reprise par les pays de l’Organisation de la ConfĂ©rence Islamique (OIC), permettant Ă  l’Iran et Ă  la Libye l’accès aux rĂ´les clefs.

« Les Ă©tats ont Ă©tĂ© choisis par le Conseil des Droits de l’homme d’ONU et le Conseil est contrĂ´lĂ© par l’Organisation de la ConfĂ©rence Islamique. La majoritĂ© des sièges au Conseil est tenue par les groupes rĂ©gionaux Africains et asiatiques et l’OIC a une majoritĂ© de sièges dans chacun de ces groupes. Les Ă©tats occidentaux n’ont pas les votes pour bloquer cette atrocitĂ© et c’est un autre exemple du dĂ©tournement de ce qui est arrivĂ© Ă  l’agence principale des droits de l’homme de l’ONU, » a-t-elle dit.

En rĂ©agissant aux dĂ©clarations du Bureau du Haut commissaire pour des Droits de l’homme, Hillel Neuer, le Directeur de l’organisation UN Watch basĂ©e Ă  Genève, a dit que l’ONU avait Ă©chouĂ© Ă  expliquer comment l’Iran avait accĂ©dĂ© au conseil d’organisation.

« Je pense qu’ils esquivent la question essentielle, » a dit Neuer. « A la question, pourquoi l’Iran doit ĂŞtre membre, de rĂ©pondre que l’Iran est un membre, n’est pas une rĂ©ponse, » a-t-il ajoutĂ©.

« Cette confĂ©rence se mĂ©tamorphose en loup dans les habits du mouton. Le gouvernement des Nations unies et les diplomates ne pensent pas que c’est la voie empruntĂ©e par les gens normaux. Ils traitent chaque pays Ă©galement et n’emploient pas de principes de bon sens. Cette attitude est contraire Ă  la charte de l’ONU, qui dit que les membres qui agissent contrairement aux principes de la charte qui sont de soutenir la paix, doivent ĂŞtre expulsĂ©s, » a expliquĂ© Neuer.

« Selon beaucoup de diplomates, ce sera un fiasco dans la mise en place. Et il doit ĂŞtre notĂ© qu’il y a des Ă©tats Africains qui se soucient de questions lĂ©gitimes concernant le racisme et cherchent Ă  ce que cela soit traitĂ©. C’est une honte que les Ă©tats Islamiques ont l’intention de subvertir cette confĂ©rence comme ils l’ont fait avec le Conseil de Droits de l’homme et de nombreux autres corps de l’ONU, » a ajoutĂ© Neuer.

« Le Haut commissaire (Louise Arbour) doit parler vrai au pouvoir. Elle devrait exprimer ses inquiĂ©tudes sur le fait qu’une des principales entitĂ©s des droits de l’homme de l’ONU est dirigĂ©e de nouveau par la Libye avec l’Iran dans une position de direction, quoi que l’ONU en dise. Cela sape les quelques derniers vestiges de crĂ©dibilitĂ© morale, » a-t-il dit.

« Les options d’IsraĂ«l sont limitĂ©es »

InterrogĂ© sur quel serait son conseil pour IsraĂ«l pour comment traiter avec la confĂ©rence, Neuer a dit : « il y a une quantitĂ© limitĂ©e d’options pour IsraĂ«l. L’analogie est Ă  l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale de l’ONU, oĂą les chiffres parlent d’eux mème et il n’y a pas beaucoup d’actions qu’IsraĂ«l a pu faire pour empĂŞcher certaines rĂ©solutions. »

« Le point clef est de travailler avec les Ă©tats Occidentaux comme le Canada et les EuropĂ©ens. IsraĂ«l doit ĂŞtre vigilant, doit contrĂ´ler de près les Ă©vĂ©nements diplomatiques et doit s’engager avec ses amis Occidentaux et s’assurer que les EuropĂ©ens tiennent ferme et refusent de pactiser avec les extrĂ©mistes, » a ajoutĂ© Neuer.

Selon Bayefsky, « IsraĂ«l doit pointer continuellement le rĂ´le dangereux jouĂ© par l’ONU dans le torpillage du bien-ĂŞtre de l’Ă©tat Juif et de son peuple. Le voile de la lĂ©gitimitĂ© de l’organisation comme leader dans la protection de droits de l’homme doit ĂŞtre remis en cause. »


DENI DE L’HOLOCAUSTE. RESOLUTION A/61/L.53 ADOPTEE PAR L’ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES

(New York, 23 janvier 2007)

L’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale,

Réaffirmant sa résolution 60/7 du 1er novembre 2005,

Rappelant que la rĂ©solution 60/7 fait observer que la mĂ©moire de l’Holocauste est essentielle pour prĂ©venir de futurs actes de gĂ©nocide,

Rappelant Ă©galement que, pour cette raison, la rĂ©solution 60/7 rejette les efforts visant Ă  dĂ©nier l’Holocauste, qui, en ignorant l’historicitĂ© de ces terribles Ă©vĂ©nements, accroĂ®t le risque qu’ils se reproduisent,

Notant que tous les peuples et tous les Etats ont un intérêt vital à ce que le monde soit exempt de génocide,

Se fĂ©licitant de la mise en place par le SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral d’un programme de communication intitulĂ© « L’Holocauste et les Nations unies » et se fĂ©licitant Ă©galement de l’inclusion par des Etats membres dans leurs programmes d’enseignement de mesures visant Ă  s’opposer aux tentatives faites pour dĂ©nier l’Holocauste ou en rĂ©duire l’importance,

Notant que le 27 janvier a Ă©tĂ© dĂ©signĂ© par l’Organisation des Nations unies « JournĂ©e internationale de commĂ©moration en mĂ©moire des victimes de l’Holocauste »,

1. Condamne sans rĂ©serve tout dĂ©ni de l’Holocauste ;

2. Engage vivement tous les Etats membres Ă  rejeter sans rĂ©serve tout dĂ©ni de l’Holocauste en tant qu’Ă©vĂ©nement historique, que ce dĂ©ni soit total ou partiel, ou toute activitĂ© menĂ©e en ce sens./.


Les textes

Mots-clés

Accueil