Le directeur d’un quotidien koweďtien : les pays arabes doivent unir leurs forces face ŕ la menace iranienne

MEMRI

dimanche 15 juillet 2007

Ahmad Al-Jarallah, directeur des quotidiens koweďtiens Al-Seyassah et Arab Times, écrit dans ces deux journaux que l’Iran s’empare lentement du contrôle des pays du Moyen-Orient - citant Gaza, l’Iraq, le Liban, l’Egypte et les Etats du Golfe - dans le but de renforcer sa position lors de négociations nucléaires attendues avec les Etats-Unis. Ahmad Al-Jarallah estime que les pays arabes doivent organiser un sommet pour contrer la menace iranienne et « frapper ŕ la tęte le serpent de Téhéran ».


Extraits de l’article d’Arab Times : (1)

« TĂ©hĂ©ran dĂ©tiendra le contrĂ´le total de l’Irak une fois que les forces de la coalition dirigĂ©e par les Etats-Unis auront quittĂ© le sol irakien »

"L’ensemble du monde arabe est en danger, après ĂŞtre devenu l’Ă©picentre de la politique iranienne. La politique agressive du dictateur iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, confirme nos craintes. Plusieurs dossiers qui ne regardent que les Arabes sont actuellement entre les mains de l’Iran. Après que le Hamas eut, au moyen des armes, sĂ©parĂ© Gaza de la Cisjordanie, le problème palestinien est devenu la propriĂ©tĂ© de TĂ©hĂ©ran.

En prenant le contrĂ´le du gouvernement de Nouri Al-Maliki, l’Iran fait ce qu’il veut de l’Irak. L’Iran joue donc en Irak un rĂ´le comparable Ă  celui des Etats-Unis. En d’autres termes, TĂ©hĂ©ran obtiendra le contrĂ´le total de l’Irak quand la coalition des forces dirigĂ©e par les Etats-Unis aura quittĂ© le sol irakien.

Le Liban, qui se bat pour la libertĂ©, la souverainetĂ© et l’indĂ©pendance, est aussi devenu un atout de l’Iran grâce au Hezbollah, lequel a jouĂ© le rĂ´le de cheval de Troie en permettant Ă  TĂ©hĂ©ran de pĂ©nĂ©trer insidieusement la citadelle libanaise.

L’Iran s’efforce actuellement d’Ă©tendre sa politique agressive Ă  tous les pays du Golfe et Ă  l’Egypte, faisant de cette rĂ©gion, vitale au niveau Ă©conomique, un As cachĂ© sous la manche lors de futures nĂ©gociations avec les Etats-Unis. La question qui se pose est la suivante : pourquoi les pays arabes n’agissent-ils pas et ne tiennent-ils pas un sommet pour reprendre le contrĂ´le de ces problèmes, qui sont fondamentalement les leurs ? Les pays arabes n’ont rien fait Ă  part envoyer le SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la Ligue arabe, Amr Moussa, au Liban, oĂą il n’a rien accompli.«  »La bataille ne se joue plus [uniquement] entre l’Iran et les Etats-Unis. A l’heure actuelle, tous les pays arabes sont impliquĂ©s.«  »Les chefs de tous les Etats arabes devraient organiser un sommet pour empĂŞcher l’Iran de s’accaparer les problèmes arabes. Ils devraient dire Ă  TĂ©hĂ©ran de s’occuper de ses affaires au lieu de s’ingĂ©rer dans celles des autres pays.

Le combat ne se joue plus entre l’Iran et les Etats-Unis. Il implique l’Iran, IsraĂ«l et les pays arabes... A chaque fois que les forces amĂ©ricaines acculent l’Iran en dĂ©signant son programme nuclĂ©aire, TĂ©hĂ©ran s’efforce de faire endosser ce combat aux pays arabes.

Tous les pays arabes, Ă  l’exception de la Syrie, sont convaincus que l’Iran a usurpĂ© leurs causes. L’Iran, très actif en Palestine, en Irak et au Liban, Ă©tend Ă  prĂ©sent sa politique Ă  l’Egypte et aux Etats du Golfe. Nous ne pouvons oublier les trois Ă®les qui appartiennent de droit aux Emirats arabes unis, l’attaque rĂ©cente contre un diplomate koweĂŻtien Ă  TĂ©hĂ©ran et ceux qui ont fait tuer deux fois les Palestiniens - une fois de la main des IsraĂ©liens et une autre fois de celle de leurs propres frères. Est-ce que ce ne sont pas lĂ  des raisons suffisantes pour tenir un sommet arabe et frapper sans peur la tĂŞte du serpent de TĂ©hĂ©ran ?"


(1) http://www.arabtimesonline.com/client/faqdetails.asp?faid=230&faqid=9, 2 juillet 2007.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil