Le gouvernement britannique dťnonce le boycott

Claire Dana Picard | Arouts 7

dimanche 10 juin 2007

Le gouvernement britannique semble trŤs gÍnť par la dťcision d’un groupe de professeurs d’universitť de son pays, l’UCU, qui a dťcrťtť le boycott contre toutes les institutions universitaires israťliennes. AprŤs la condamnation du Premier ministre Tony Blair, c’est au tour du ministre britannique de l’Enseignement supťrieur, Bill Rammell, de faire part de son indignation et de dťsavouer ces prises de position. Pour ťcouter ŗ ce sujet notre entretien avec le docteur Ovadia Sofer, ancien ambassadeur d’IsraŽl en France, cliquer ici.


Voir en ligne : Lire l’article sur : http://www.a7fr.com/

Ce dernier, consid√©rant que l’affaire √©tait s√©rieuse, a d√©cid√© d’effectuer une br√®ve visite en Isra√ęl pour s’exprimer clairement sur la question. Re√ßu ce dimanche matin par son homologue isra√©lienne, Youli Tamir, √† l’Universit√© H√©bra√Įque de J√©rusalem, il a tenu une conf√©rence en compagnie de cette derni√®re √† l’issue de leurs entretiens.

M. Bill Rammel, d√©plorant cette d√©cision qu’il a qualifi√©e de grave, a estim√© que ceux qui l’avaient prise avaient commis une erreur. Il a ajout√© qu’il fallait au contraire « instaurer un dialogue qui pourrait peut-√™tre mener √† la paix ». Adressant un message « tr√®s clair » du gouvernement britannique, il a soulign√© que les autorit√©s de son pays d√©non√ßaient le boycott contre les professeurs des institutions universitaires isra√©liennes.

Il a encore affirm√© : « Nous respectons la libert√© universitaire et nous nous opposons au boycott, certaines questions nous pr√©occupent et je suis convaincu, en tant qu’ami d’Isra√ęl et des Palestiniens, que nous devons inciter les deux camps √† s’engager dans la voie du processus de paix ». Il a poursuivi : « Les universit√©s britanniques encouragent les activit√©s des Isra√©liens et des Palestiniens et nous voulons attirer les √©tudiants isra√©liens dans nos campus, nous souhaitons maintenir une coop√©ration qui doit √™tre soutenue par le monde universitaire du monde entier ».

La ministre de l’Education Youli Tamir, se voulant apaisante, a indiqu√© dans son intervention qu’elle avait d√©battu avec son homologue d’une s√©rie de projets communs afin de prouver l’ill√©gitimit√© de ces mesures discriminatoires. Elle a ajout√© que l’Etat d’Isra√ęl condamnait avec v√©h√©mence tout acte utilisant le boycott en tant qu’expression d’une opinion politique et niant la libert√© d’expression universitaire. Elle a ensuite « remerci√© le gouvernement britannique pour ses prises de position sans √©quivoque concernant le boycott », ajoutant que « les deux pays Ňďuvreraient de concert pour √©carter toute menace similaire et pour √©largir leur coop√©ration ».


Les textes

Mots-clés

Accueil