L’Egypte voit toujours Arafat comme le chef des Palestiniens

lundi 12 mai 2003

L’Egypte a proposé lundi aux Etats-Unis de les aider dans leurs efforts en faveur de la paix entre Israël et les Palestiniens, mais Le Caire refuse d’écarter le président de l’Autorité, Yasser Arafat.


« Nous continuons de le reconnaître comme le dirigeant du peuple palestinien », a lancé le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Maher, à son homologue américain Colin Powell.

George Bush ayant exclu de traiter avec Arafat, accusé d’être impliqué dans le terrorisme contre Israël, le président de l’Autorité palestinienne était absent dimanche des discussions en à Jericho entre Colin Powell et le Premier ministre palestinien Abu Mazen, auquel était présenté la feuille de route pour la paix élaborée par les Etats-Unis, les Nations unies, l’Union européenne et la Russie.

Colin Powell a déclaré au cours de son déplacement qu’il espérait qu’Arabes et Européens se rallieraient au point de vue américain.

En ce qui concerne la paix, le secrétaire d’Etat a affirmé que l’Egypte avait promis son aide, notamment pour améliorer le dispositif de sécurité palestinien. Le Premier ministre israélien Ariel Sharon ainsi que George Bush en exigent le renforcement avant la mise en oeuvre du plan de route, qui prévoit l’instauration d’un Etat palestinien aux frontières définitives d’ici à 2005.

Ahmed Maher a d’ailleurs critiqué le chef du gouvernement israélien pour ne pas avoir donné son aval dimanche au plan de paix. « Le mot »accepter« n’est pas grossier », a-t-il lancé.

Si Colin Powell a reconnu que Sharon n’avait pas officiellement accepté la feuille de route, contrairement à Abu Mazen, il a estimé que la libération de dizaines de prisonniers palestiniens et l’assouplissement des restrictions de déplacement imposées aux Palestiniens montraient qu’Israël avait commencé à appliquer le plan de paix. Il a suggéré que Sharon fasse part directement de ses questions à Abu Mazen lors de leur rencontre prévue avant le départ du Premier ministre israélien pour Washington le 20 mai.

Après avoir incité lundi l’Egypte à soutenir des réformes de l’Autorité palestinienne et à rejeter l’opposition armée au processus de paix, selon un haut responsable américain aux Affaires étrangères, Powell, qui s’est entretenu notamment avec le président Hosni Moubarak, devait porter le même message en Jordanie lundi soir puis en Arabie saoudite mardi.

Colin Powell a annoncé lundi qu’il avait reçu dimanche des Palestiniens une première esquisse de Constitution.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil