NON AU BOYCOTT VENU DE GRANDE-BRETAGNE OU D’AILLEURS

Bernadette Capdevielle

samedi 2 juin 2007

NON ŗ cette autre forme d’antisťmitisme qui veut interdire l’accťs d’universitťs europťennes aux chercheurs et ťtudiants israťliens.
NON ŗ cette autre forme d’antisťmitisme qui veut interdire l’accťs au marchť de produits israťliens.
Car aucun autre pays au monde ne suscite un tel ostracisme.


Des g√©nocides peuvent se commettre sans que les foules ne s’√©meuvent. Darfour. Ceux qui cherchaient √† alerter sont rest√©s minoritaires. Pour toute r√©ponse, quelques communiqu√©s d√©sol√©s quand le pire est accompli. Quand il continue de s’accomplir.

Comment croire un instant aux pr√©tentions morales de tant d’indiff√©rents ?
Indiff√©rents encore quand un chef d’√©tat criminel appelle √† la destruction d’Isra√ęl. _ Quand des terroristes revendiquent leur haine comme un droit. Quant ils l’enseignent √† leurs enfants eux-m√™mes.
Pourquoi restent-ils silencieux face √† cette haine d√©clar√©e, affich√©e et qui ne cesse de s’exprimer ? Par des mots, par des actes.
Que condamnent-t-ils ? Qui condamnent-ils ?

Des centaines de roquettes sont tomb√©es sur Sderot. Elles ont tu√©. Une ville doit vivre dans la peur. La nouvelle ne saurait troubler le rituel du five o’clock tea. Nuage de lait, la main ne tremble pas. Mais qu’Isra√ęl se d√©fende et nos petits pr√™cheurs sont horrifi√©s. Les voil√† pr√™ts au blocus.

Qu’est-ce ce qui importune tant nos censeurs ? Au Royaume-Uni ou ailleurs. Serait-ce ce beau nom d’Isra√ęl ? Nostalgie du temps o√Ļ l’Europe fermait ses universit√©s √† une partie des siens ? O√Ļ l’on collait des affichettes abjectes sur les vitrines de commer√ßants ?
Pourquoi Isra√ęl ? Pourquoi cette obsession ? A-t-elle d’autre raison que de remplacer le mot Juif par le mot Isra√©lien ?

NON √† ce boycott m√©prisable qui n’ose dire son nom. En France aussi il trouvera des √©chos.
Aujourd’hui le Centre Simon Wiesenthal appelle √† signer une p√©tition. Pour exprimer notre refus. Soyons nombreux √† la signer. Traduisons-la, s’il le faut √©crivons-en d’autres, pour que dans chaque pays, dans chaque langue s’incrive ce mot :

NON, NO, NEIN, NEJ, NEM, NE, NEI, ??


Agir maintenant pour annuler le boycott universitaire britannique d’Isra√ęl (Simon Wiesenthal Center)


Les textes

Mots-clés

Accueil