Gaza s’embrase et Sdérot bombardée

Israelinfos.net

mercredi 16 mai 2007

Le Hamas, accusé par le Fatah d’avoir tenté un coup d’état militaire dans la Bande de Gaza, bombarde massivement Sdérot. Les dirigeants de la région s’alarment, alors que Hosni Moubarak appelle les Palestiniens ŕ cesser immédiatement les combats.


« Personne ne s’Ă©tonnera qu’IsraĂ«l rĂ©agisse, quand la rĂ©ponse Ă  sa main tendue vers la paix est un bombardement sur ses civils » dĂ©clarait-on dans l’entourage d’Ehud Olmert, en visite Ă  Aqaba, au moment oĂą l’on apprenait que le Hamas recommençait ses tirs intensifs de roquettes sur l’ouest du NĂ©guev.

La branche armĂ©e du mouvement terroriste a lancĂ© en fin de journĂ©e plus d’une dizaine de Kassams sur SdĂ©rot et ses environs. Plusieurs personnes ont Ă©tĂ© blessĂ©es, dont une femme et son fils, dont la maison a reçu l’impact direct d’une roquette. Plusieurs projectiles ont touchĂ© des habitations, provoquant d’importants dĂ©gâts et des perturbations dans l’alimentation Ă©lectrique de la ville.

Ces attaques suivaient une journĂ©e particulièrement violente Ă  l’intĂ©rieur de la Bande de Gaza. Dans la matinĂ©e, des membres du Hamas avaient attaquĂ© Ă  la roquette et au mortier une base de la garde prĂ©sidentielle chargĂ©e du contrĂ´le du terminal frontalier de Karni, principal point de transit des marchandises entre IsraĂ«l et le territoire autonome. Neuf gardes du service de la sĂ©curitĂ© nationale ont Ă©tĂ© tuĂ©s dans l’embuscade.

Tsahal fermait aussitĂ´t son cĂ´tĂ© du terminal, redoutant une attaque terroriste qui l’entraĂ®nerait Ă  son tour dans le piège. Pendant ce temps, les combats se poursuivaient en se propageant Ă  d’autres secteurs, faisant au total plus d’une dizaine de tuĂ©s et de nombreux blessĂ©s. 450 hommes des services de la police maritime fidèles au Fatah, ont Ă©tĂ© autorisĂ©s Ă  quitter l’Egypte oĂą ils suivaient un entraĂ®nement, pour rentrer Ă  Gaza.

Dans la soirĂ©e, on signalait de nouveaux combats dans les quartiers sud de cette ville, et notamment autour de l’universitĂ© islamique, un des bastions du Hamas, encerclĂ©e par des partisans du Fatah. Le mouvement islamiste les a avertis qu’ils seraient « massacrĂ©s » s’ils donnaient l’assaut. La population quant Ă  elle, se terre dans les maisons et n’ose plus sortir dans les rues livrĂ©es aux bandes armĂ©es.

Le prĂ©sident Ă©gyptien, alarmĂ© par l’escalade de la violence, a appelĂ© le chef de l’AutoritĂ© Palestinienne Ă  faire cesser immĂ©diatement les combats entre factions rivales. « Ces groupes armĂ©s ont franchi une ligne rouge qu’ils ne doivent pas dĂ©passer une nouvelle fois » a averti Hosni Moubarak. Le roi Abdallah II de Jordanie a lui aussi mis en garde contre un embrasement total de la Bande de Gaza, qui risque de gagner toute la rĂ©gion.

Dans le courant de la soirĂ©e, le ministre israĂ©lien de la DĂ©fense a convoquĂ© une rĂ©union d’urgence des responsables des forces de sĂ©curitĂ©. Le gouvernement israĂ©lien doit choisir entre deux options contradictoires.

Maintenir la trĂŞve face aux factions palestiniennes, au risque de laisser SdĂ©rot et les localitĂ©s de l’ouest du NĂ©guev sans dĂ©fense sous le feu des roquettes, ou lancer une contre-offensive terrestre en pĂ©nĂ©trant dans la Bande de Gaza, avec le danger de se retrouver face Ă  un front uni des groupes terroristes contre IsraĂ«l, et sans garantie qu’une telle action vienne Ă  bout des bombardements


La revue des infos

Mots-clés

Accueil