Bilan et analyse des actes antisémites en 2006

Elisabeth Cohen-Tannoudji Chargée de mission au CRIF

lundi 26 février 2007

Le Service de Protection de la Communauté Juive opère un recensement des actes antisémites sur la base des appels téléphonique passés sur le numéro vert, complétée par un échange d’informations avec le Ministère de l’Intérieur. Le SPCJ a enregistré en 2006 :


Dans ce recensement, la forte augmentation des violences est relativement compensée par une certaine stabilité des menaces qui permet de maintenir le taux global d’augmentation à 24%. Nous ne pouvons nous limiter à ce constat car un tag antisémite et une agression physique ne sauraient être tenus pour équivalents en termes de gravité. Il faut aller plus avant dans le détail des chiffres pour dégager une grille de lecture.

Le début de l’année 2006 a été dramatiquement marqué par l’assassinat d’Ilan Halimi.

Mois après mois, la courbe annuelle a fait apparaître une hausse très nette des violences durant les mois de février et mars que nous interprétons comme des répercussions par sorte de mimétisme de cette affaire. Les semaines de guerre entre Israël et le Hezbollah ont provoqué pendant l’été une augmentation des menaces qui s’est poursuivie pour se fondre dans une augmentation générale des actes en septembre et en octobre, mois de fêtes pendant lesquels la communauté juive est plus visible et le cas échéant ciblée. La tension n’est redescendue qu’en décembre, comme c’est d’ailleurs le cas chaque année. Les actes antisémites sont commis parfois avec une réelle détermination, parfois par simple opportunité. On observe donc que la courbe est aléatoire et que des mois sans actualité particulière peuvent rester chargés en termes de violence antisémite et dénotent ainsi d’une sorte de « bruit de fond » constant.

L’aspect essentiel et le plus inquiétant qui se dégage des chiffres concerne ceux des actes, actions et menaces, contre les personnes qui sont à l’évidence les cibles premières de l’antisémitisme. On observe une augmentation de 45 % des agressions physiques qui passent entre 2005 et 2006 de 77 à 112 et une hausse de 71 % des insultes qui passent quant à elles de 48 à 82.

Cette tendance s’inscrit d’ailleurs dans celle de la hausse des violences contre les personnes, évoquée à propos des statistiques générales de la délinquance. La liste des agressions physiques indique une importante quantité de faits violents à l’encontre de mineurs ou de jeunes. Le mobile antisémite ne fait aucun doute dans la quasi-totalité des cas. Lors de certaines agressions, il aggrave le mobile crapuleux. Les violences physiques occasionnent généralement de nombreux jours d’ITT, parfois jusqu’à 30. Des agressions antisémites sont aussi commises comme telles contre des personnes qui ne sont pas juives, simplement parce qu’on a pu supposer qu’elles le sont. Les insultes sont souvent accompagnées de références à l’extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. D’autres propos dénotent des tensions qui se manifestent sur le plan des identités. Il apparaît enfin que les auteurs des violences agissant pour des motivations mal définies sont de plus en plus nombreux.

Depuis la résurgence des actes antisémites en France, concomitante au déclenchement de la seconde Intifada en octobre 2000, il était apparu à l’examen des courbes annuelles de ces actes que leur survenance était étroitement liée à l’actualité du Proche-Orient. En 2004, le constat avait changé. Les actes antisémites - 974 dans le recensement du Ministère de l’Intérieur, 592 dans celui du SPCJ - étaient survenus de manière aléatoire et apparemment déconnectée du contexte international. Nous avions alors observé que, passé d’une apparence conjoncturelle, l’antisémitisme s’ancrait de manière structurelle, observation que nous avons maintenue en 2005. En 2006, ces deux analyses semblent se rejoindre dans une situation qui puise à la fois dans des causes structurelles et conjoncturelles, alors que les chiffres restent toutefois inférieurs à ceux de 2004. Le dernier trimestre de l’année 2006 indique une baisse de 21% des actes. Cette tendance à la baisse s’est maintenue en janvier 2007. Les aléas qui pèsent sur l’actualité rendent l’avenir incertain et la vigilance doit demeurer entière.


Les textes

Mots-clés

Accueil