Breaking : suite de l’opération face à Avivim

© Metula News Agency

jeudi 8 février 2007

Metula, minuit 30 locales, jeudi, notre correspondant Ilan Tsadik s’est rendu sur place et rapporte :
L’opération de Tsahal se poursuit. Elle a précisément lieu sur le territoire israélien situé au nord de la barrière militaire de sécurité. Ce territoire est reconnu par l’ONU comme faisant partie de l’Etat d’Israël et défini par ce que l’ONU appelle la « ligne bleue », soit la frontière internationale.


Le Hezbollah avait profité de l’inoccupation par Tsahal de cette partie du territoire israélien pour y construire des points d’appui. Les intégristes chiites encouragent par là même les paysans libanais à étendre leurs cultures jusqu’à la barrière militaire, nonobstant le fait qu’ils se retrouvent en Israël.

Il importe de remarquer que l’opération en cours a principalement pour objectif de détruire les nouveaux ouvrages du Hezbollah afin de ne pas permettre aux miliciens intégristes d’établir des positions d’attaque à proximité immédiate des bases de Tsahal et des agglomérations civiles.

Au début de l’intervention, l’armée israélienne avait averti son homologue libanaise de ne pas gêner l’activité des bulldozers. Les Libanais sont pourtant passés outre et ils ont tirés sur les soldats israéliens à l’arme automatique à partir d’une position située sur la montagne sanglante de Ras-El Aroun.

Tsahal a renouvelé son avertissement sans plus de résultats et a finalement réduit la position libanaise au silence par deux coups de canon droits au but. Il y a des blessés des suites de cette contre-attaque dans l’armée du cèdre. Aucune victime n’est à déplorer pour l’heure dans les rangs de Tsahal.
 
Au-dessus de la zone d’incursion on assiste à un ballet incessant de divers aéronefs de la Kh’el Avir. Au sol, les troupes sur le pied de guerre sont en nombre dissuasif.

Mais sous les tirs intermittents, on reconnaît surtout les membres des groupes de contact de la FINUL ainsi que des armées israélienne et libanaise qui tentent énergiquement d’empêcher l’embrasement régional par des négociations.

Sur le terrain même, il semble que les travaux sont désormais presque terminés et que les engins lourds pourraient se retirer avant le lever du jour. Le reste du front est en alerte mais serein. La Ména restera sur place aussi longtemps que le calme ne sera pas revenu.


L’info ci-dessus est trasmise depuis les lieux où elle se produit.

Sûrement plus crédible que ce qu’en dit l’AFP. 

Voir ici pour comparer : Tensions Liban-Israel : Incidents frontaliers


La revue des infos

Mots-clés

Accueil