Le Hamas ne reconnaîtra pas Israël, réaffirme à Téhéran le Premier ministre palestinien Haniyeh

vendredi 8 décembre 2006

Le Premier ministre palestinien a réaffirmé à Téhéran que son mouvement, le Hamas, ne reconnaîtrait pas Israël et poursuivrait la lutte contre ce pays jusqu’à la « libération » de Jérusalem. Ismaïl Haniyeh effectue une visite de quatre jours en Iran.


« Nous ne reconnaîtrons jamais le régime sioniste des usurpateurs », a déclaré M. Haniyeh à la prière à Téhéran. « Nous ne renoncerons pas au jihad avant d’avoir obtenu la libération totale de Beit al-Mouqadass (Jérusalem) et de la terre palestinienne », a-t-il poursuivi.

« L’arrogance (du monde) et les sionistes (...) exigent que nous reconnaissions l’usurpation de notre terre, que nous arrêtions le jihad et la résistance et respections les engagements signés » antérieurement « mais j’affirme à cette tribune que cela ne se produira jamais », a-t-il ajouté.

Le premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh a amorcé vendredi sa première tournée depuis la victoire du Hamas aux élections législatives de janvier dans les territoires.

À Téhéran, devant une foule qui scandait des slogans pour la destruction d’Israël, M. Haniyeh a réitéré son opposition aux demandes des États-Unis et de l’Union européenne. Ceux-ci exigent que son gouvernement reconnaisse l’État hébreu, mette fin à la violence et forme une union nationale avec le mouvement Fatah.

« J’insiste depuis ce pupitre. Tout cela n’arrivera pas. Nous ne reconnaîtrons jamais le gouvernement sioniste usurpateur et nous continuerons notre guerre sainte jusqu’à la libération de Jérusalem », a déclaré M. Haniyeh devant les Iraniens.

Durant son séjour de quatre jours en Iran, le premier ministre palestinien s’entretiendra avec le président Mahmoud Ahmadinejad, l’ancien président Hachemi Rafsandjani et le Guide suprême de la révolution, l’ayatollah Ali Khamenei.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont suspendu leurs aides directes aux Palestiniens depuis l’entrée du Hamas au gouvernement en mars dernier. Ils exigent pour une reprise que le gouvernement Hamas reconnaisse Israël et les accords israélo-palestiniens conclus antérieurement et renonce à la violence.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil