Un essai,« Theodor Herzl, une nouvelle lecture »

du Dr Georges Weisz

dimanche 12 novembre 2006

L’incompréhension et la dénaturation qui entachent la figure de Herzl, un siècle après sa mort, sont les symptômes les plus évidents de la crise d’identité que traverse de nos jours la société israélienne.


Alors qu’à l’étranger l’Etat hébreu est devenu la référence incontournable de toute réflexion sur l’identité juive, en Israël, beaucoup considèrent ou revendiquent aujourd’hui Herzl comme le porte drapeau d’un état déjudaisé. D’autres, comme Tom Segev vont même jusqu’à en faire le premier apôtre du cosmopolitisme et du post-sionisme.

L’intérêt du livre de Georges Weisz réside avant tout dans la révélation, absolument inédite, d’un versant du personnage en général ignoré ou plus souvent nié : la référence à la judéité qui, comme un fil d’Ariane sous-tend tous les écrits sionistes de l’auteur du Judenstaat.

Cet ouvrage, qui représente huit ans de travail, a pour but de débarrasser le visage de Herzl des différents masques qui le défigurent et de lui restituer sa dimension à la fois juive et universaliste. Il s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Etat d’Israël et plus généralement aux différents aspects de l’identité juive.

Le livre vient de paraître aux éditions l’Harmattan .

Il est disponible dans les librairies francophones en Israel et à Vice Versa à Jérusalem


Les textes

Mots-clés

Accueil