Face à l’infamie de la France, mais où sont nos leaders communautaires et notre Grand Rabbin de France ?

Alain Rajchman

vendredi 14 octobre 2016, par Desinfos

Au lendemain même de la journée de Kippour, l’UNESCO a voté l’un de ses textes les plus infamants pour Israël : l’absence de lien entre Jérusalem, le Mont du Temple et le peuple Juif.
Contrairement à l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, la France a jugé bon de s’abstenir, certainement pour ne pas gêner ses amis arabes et pour satisfaire des ambitions électoralistes. Une abstention honteuse qui permet d’entretenir et de renforcer un doute - aussi lamentable que faux - sur l’antériorité juive à Jérusalem. Une prise de position qui déshonore les dirigeants actuels de la France, malgré tous leurs propos rassurants pour la communauté juive.


Face au vote scandaleux de la France à l’UNESCO, la faiblesse de la voix des dirigeants communautaires et du Grand Rabbin de France est d’une tristesse absolue, car soit leurs voix est trop faible pour porter, soit ils ne se sont pas exprimés comme ils auraient dû le faire (est-ce que de simples communiqués suffisent ?).

Dans les deux cas, on en peut qu’être inquiet de ce que cela traduit comme déficit de leadership dans une période cruciale de la vie des Juifs en Israël comme en France.


 Lire le texte complet de la résolution de l’UNESCO sur Jérusalem en français

Le texte se réfère à Israël comme la « puissance occupante » et ne donne que les noms arabes des lieux saints

 Lire le texte complet de la résolution de l’UNESCO sur Jérusalem en anglais


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil