La tactique scandaleuse du Hezbollah

Ynet

mardi 1er août 2006

Voir en ligne : Lire l’article

« Nous élevons nos combattants. Nous les prenons quand ils sont de jeunes enfants et nous les élevons afin qu’ils deviennent des combattants du Hezbollah. »


Dans un article du Yediot Aharonot, intitulé « Hezbollah : la patience est notre vertu » du 29 juillet 2006, le quotidien israélien relate un article du quotidien britannique The Guardian, dans lequel un reporter a accompagné des hommes armés du Hezbollah se cachant dans un appartement à Tyr. Le groupe, selon le Guardian, se prépare au combat actuel contre Israël depuis des années, avec l’aide de l’Iran.

Extraits :

Le groupe a appelé des hommes de réserve il y a un mois et les hommes armés attendent les soldats de Tsahal dans des cachettes secrètes.

Le rapport dépeint une organisation impénétrable dont les membres sont recrutés dès lors jeune âge et ne font rien sinon suivre strictement les ordres.

Ce groupe a déjà défini la prochaine cible après les combats avec Israël : les politiciens libanais critiques du Hezbollah.

Le reporter se trouve en présence de 4 hommes du Hezbollah, dont un prénommé Sayed Ali, qui prétend descendre du prophète. Ces dernières cinq années, Ali a étudié la théologie à Téhéran. Le Hezbollah lui a demandé de revenir au Liban il y a un mois, dans le cadre de sa campagne de rappel des « réserviste ».

« Nous restons en place et nous ne bougeons pas jusqu’à que nous recevions des ordres, et c’est pourquoi nous ne sommes pareils à aucune autre milice » dit un homme armé. « Nous avons des ordres spécifiques. (...) Chaque homme qui tire des roquettes court ensuite vers une cachette définie ». Les hommes disent qu’ils se cachent car chaque site de lancement est visé par les Israéliens dans les 10 à 15 minutes qui suivent le tir de roquette.

Un autre homme dit que le Hezbollah apprend à ses combattants à être patient. « Pendant notre entraînement, nous passons des jours dans des bâtiments vides sans parler à personne ni faire quoi que ce soit. Ils me disent d’aller dans ce bâtiment et de m’asseoir, j’y vais et je m’assois là, et j’attends. »

« Nous ne prenons pas quiconque frappe à notre porte et dit ‘je veux intégrer le Hezbollah’. Nous élevons nos combattants. Nous les prenons quand ils sont de jeunes enfants et nous les élevons afin qu’ils deviennent des combattants du Hezbollah. Chaque combattant que nous avons croit que la raison ultime d’être est le martyre » dit Sayed Ali, montrant sa fierté de la discipline et du côté secret du groupe.

Ali a révélé au Guardian qu’il se prépare pour ce combat depuis des années, et admets que l’Iran soutient le Hezbollah de bout en bout. « Quand nous les avons vaincus en 2000 [retrait israélien du sud-Liban en mai 2000], nous l’avons fait grâce aux roquettes Katioucha. Nous avions six années pour préparer ce jour (...) Quand les Syriens étaient là, nous étions approvisionnés à travers leurs canaux ; maintenant, c’est plus difficile. »

Ali dit que la lutte n’est pas seulement contre Israël, mais aussi contre les Libanais sunnites.
Il avertit que même si la communauté internationale demande au Hezbollah de déposer les armes dans le cadre d’un cessez-le-feu, lui et ses hommes garderont leurs armes.
« Les choses vont très bien maintenant, quoiqu’il advienne, nous sommes gagnants. S’ils [les Israéliens] continuent de nous bombarder, nous resterons dans les abris, et avec chaque bombe, de plus en plus de gens soutiennent la résistance. »

« La vraie bataille se situe après la fin de cette guerre. Nous devrons nous occuper des politiciens libanais. Nous avons également le meilleur appareil de sécurité et de renseignement de ce pays, et nous pouvons atteindre toutes ces personnes qui parlent contre nous maintenant. Finissons-en avec les Israéliens, et nous règlerons nos comptes plus tard. »


Les textes

Mots-clés

Accueil