Terrorisme et responsabilité morale

Service d’Information - Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg

vendredi 23 juin 2006

Voir en ligne : Lire et imprimer l’article

Le mardi 20 juin 2006, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé les groupes armés palestiniens à mettre fin à leurs tirs de roquettes sur Israël et à respecter le cessez-le-feu.


« Le président Abbas tiendra responsable tout groupe ou faction violant le cessez-le-feu, des destructions, démolitions et victimes qui résulteront d'une agression israélienne.»  a déclaré Abu Rudeineh, son porte-parole. Source Haaretz du 21 juin 2006.

 

Le président Abbas a compris que, lorsque des Palestiniens ciblent la population civile israélienne, à partir de centres urbains très peuplés, ils prennent leur propre population civile en otage. Ils sont moralement responsables de la réplique anti-terroriste israélienne, y compris des victimes civiles.

Israël regrette chaque perte humaine et prend toutes les précautions pour éviter de toucher des civils. Selon l'institut du Contre-terrorisme d'Herzliya, les victimes civiles palestiniennes représentent 17% de l'ensemble des victimes palestiniennes alors que parmi les victimes israéliennes, 70% sont des civils. Ces statistiques macabres ne peuvent faire oublier qu'il existe une différence profonde entre Israël et les terroristes. Israël agit pour défendre et protéger ses citoyens contre des terroristes qui eux visent en priorité la population civile.

 

La ministre des Affaires étrangères israélienne Tsipi Livni a déclaré lors de sa visite au conseil des ministres de l'Union européenne à Luxembourg le 12 et  le 13 juin 2006 :

« Le conflit au Moyen-Orient a fait un grand nombre de victimes, dont des civils innocents. La communauté internationale doit faire une distinction morale claire, entre le terroriste qui cherche à tuer des civils, des femmes et des enfants, et est soutenu par une société sanctifiant les attaques délibérées sur les civils et considérant les terroristes comme des héros, et une société engagée dans une lutte incessante afin de défendre ses citoyens du terrorisme, une lutte qui quelquefois, à notre grand regret, nuit aux innocents. Les civils ne seront jamais une cible pour l'armée israélienne ».

 

Les Palestiniens avant le désengagement de Gaza répétaient à l'envi que les tirs de roquettes avaient pour but de s'opposer à l'occupation israélienne.

Depuis août 2005, Israël a complètement évacué la Bande de Gaza. Aujourd'hui, il n'y a plus un Israélien à Gaza et les tirs contre les civils redoublent.

Quand les 1700 familles israéliennes ont quitté les 25 communautés où elles avaient résidé pendant plus de 30 ans, les Israéliens ont pensé que cette démarche relancerait le processus de paix avec les Palestiniens et que les habitants de Gaza prendraient leur destin en mains dans un territoire libre de toute présence israélienne. La réalité sur le terrain démontre que les Palestiniens ont encore une fois raté une opportunité de débloquer la situation et de reprendre la voie du processus de paix en optant pour  la voie de l'escalade et du chaos.

Depuis presque un an, les Palestiniens ont tiré plus de 600 roquettes sur la population israélienne vivant autour de la Bande de Gaza, la plupart de ces attaques étant dirigées contre la ville de Sdérot. Les lance-roquettes, les entrepôts d'armes et les ateliers de fabrication d'armes sont systématiquement et délibérément postés au milieu de la population palestinienne.

 

Le recours au terrorisme et l'absence de responsabilité morale qui l'accompagne sont la cause des tragédies humaines qui touchent les deux populations.

Les Palestiniens doivent prendre leurs responsabilités en mettant fin au terrorisme.

 

 


http://www.ambisrael.be


La revue des infos

Mots-clés

Accueil