Le Hezbollah continue d’envoyer des membres du Fatah/Tanzim en Judée-Samarie pour commettre des actes terroristes par le biais d’un intermédiaire dans la bande de Gaza chargé de transmettre fonds et instructions.

Institut du Renseignement - Centre d’Etudes du Terrorisme

lundi 12 décembre 2005

Basé sur un rapport des services de sécurité intérieure


Le 16 octobre 2005, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté Majdi Kamal ‘Abd al-Jabbar ‘Amer, du village de Qalil, près de Naplouse. Durant son interrogatoire, il a révélé avoir reçu des ordres du Hezbollah via un intermédiaire de l’organisation résidant dans la bande de Gaza, chargé d’assurer le contact entre la direction du Hezbollah au Liban et les activistes de Judée-Samarie et de transférer des fonds et des instructions aux membres du Fatah/Tanzim.

En Février 2005, Wasim Mansur (un membre de la cellule), qui était en contact téléphonique avec Abu Rabi’, a été arrêté. Abu Rabi’ a alors appelé Majdi ‘Amer et lui a dit que dès lors, le contact entre lui et le Hezbollah se ferait via un intermédiaire de la bande de Gaza nommé Abu Lu’ai. Quelques jours plus tard, Abu Lu’ai a contacté Majdi ‘Amer et lui a donné 1500

pour poursuivre ses activités. A partir de cette date jusqu’à son arrestation en Octobre 2005, il est resté en contact avec le Hezbollah via Abu Lu’ai et a reçu d’autres sommes d’argent pour financer ses activités terroristes. Durant cette période, il a commis plusieurs attaques contre des soldats de Tsahal et a été impliqué dans du trafic d’armes. Les autres membres de cette cellule du Fatah/Tanzim, financée par le Hezbollah, servaient également au même moment dans les rangs des services de sécurité palestiniens. Majdi ‘Amer a raconté que chaque mois, il recevait entre 400 et 700 shekels israéliens de l’AP parce que son nom figurait sur une liste d’individus recherchés (cf. de terroristes) transmise à l’AP par Israël. En échange de son salaire versé par l’AP, il s’est engagé à cesser ses activités anti-israéliennes, promesse qui ne l’a pas empêché de poursuivre ses activités contre Israël avec l’argent du Hezbollah.

Dans le conflit palestino-israélien actuel, le Hezbollah apparaît comme le principal facteur responsable de l’orchestration des activités terroristes de la plupart des cellules du Fatah dans les territoires administrés par l’Autorité Palestinienne. Même durant la trêve, le Hezbollah continue d’avoir recours à des primes financières pour inciter ces cellules à commettre des attaques terroristes. Il faut rappeler que dans le passé, des membres du Fatah/Tanzim de la région de Naplouse ont reconnu durant leur interrogatoire avoir reçu leurs ordres du Hezbollah.2 Pour accroître son efficacité, le Hezbollah a mis en place ces derniers mois un siège dans la bande de Gaza, chargé de servir d’intermédiaire entre le Hezbollah au Liban et les cellules de Judée-Samarie et de transférer de l’argent et des instructions aux membres présents sur le terrain. "


La revue des infos

Mots-clés

Accueil