« le président français Jacques Chirac exerce des pressions sur l’Union européenne pour permettre à l’Iran d’enrichir de l’uranium, en dépit des craintes qu’une telle démarche puisse aider Téhéran à développer l’arme nucléaire. »

service de Presse de l’ambassade de France en Israël

vendredi 15 avril 2005


« Il y a un mois, les discussions entre Bruxelles et Téhéran ont connu un tournant puisque les représentants des trois grands Etats ont accepté d’examiner la demande iranienne d’enrichir de l’uranium sous contrôle des superviseurs des Nations unies.

Selon des sources européennes haut placées citées par différentes agences de presse, le changement de position provient des pressions exercées par le président Chirac sur les Etats membres de l’Union européenne », relève le Maariv.

Le porte-parole du Quai d’Orsay a apporté un démenti formel à ces informations, en affirmant que sur la question iranienne « il n’y avait qu’une seule position française ».

Pourtant, des membres de l’équipe de négociations de l’Union européenne ont confirmé que Jacques Chirac avait fait pression pour examiner la proposition iranienne visant à enrichir de l’uranium dans une usine où le nombre de centrifugeuses suffirait à produire une bombe nucléaire en un an, souligne le journal.

« Chirac a fait un pas de trop », a déclaré hier un haut responsable de l’Union européenne.

En revanche, un responsable iranien a salué la « vision positive » du président français.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil