Le quotidien britannique « The Times » affirme avoir la preuve que la Syrie a assassiné l’ancien premier ministre libanais, Rafiq Hariri.

vendredi 18 mars 2005


Le journal dit se baser sur les témoignages d’une dizaine de responsables occidentaux et proche-orientaux.

Deux jours avant d’être tué par l’explosion d’une bombe le 14 février à Beyrouth, Hariri a invité le chef druze Walid Jumblatt chez lui pour mettre en garde son vieil ami, écrit le « Times ». « Il m’a dit que dans les deux prochaines semaines il se passerait quelque chose pour lui ou pour moi », a raconté M. Jumblatt au quotidien.

Damas a nié toute implication dans l’assassinat de l’ex-premier ministre mais le « Times » affirme le contraire se basant sur des interviews d’une dizaine de responsables occidentaux, libanais et syriens. Rafiq Hariri a irrité le gouvernement syrien en inspirant une résolution de l’ONU demandant à la Syrie de cesser d’interférer dans les affaires du Liban, explique le « Times ».

Sous la pression de la Syrie, le gouvernement libanais a retiré l’important service de sécurité qui entourait Hariri, note-t-il également


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil