L’Armée islamique en Irak comportait un courant palestinien issu du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) d’Abou Abbas, l’auteur de la célèbre prise d’otages du paquebot Achille Lauro en 1985…

Le Figaro

lundi 27 décembre 2004


Autre élément important découvert au cours des investigations menées au sujet de l’Armée islamique en Irak depuis l’enlèvement des deux journalistes français : la présence dans ses rangs d’un courant significatif composé d’anciens éléments appartenant au Front de libération de la Palestine, d’Abou Abbas.

Ce groupe palestinien, qui fut l’auteur de la célèbre prise d’otages du paquebot Achille Lauro en 1985, était depuis lors basé en Irak et financé par le régime Baas. La présence de ce courant palestinien au sein de l’Armée islamique en Irak a été l’un des moyens de pression utilisé pour parvenir à la libération des deux journalistes (...)

La veille de la libération d’Al-Joundi, un autre événement allait peut-être avoir lui aussi des conséquences sur le sort des otages. Dans l’aube grise du 11 novembre, Yasser Arafat, le président de l’Autorité palestinienne, mourait à Paris où il avait été hospitalisé quelques jours plus tôt, et sa dépouille recevait un hommage habituellement réservé aux chefs d’Etat.

Un signe d’autant plus apprécié dans le monde arabe que le président français s’était à deux reprises rendu au chevet du vieux leader palestinien. Or les services de renseignement français, aidés par leurs homologues jordaniens et égyptiens, ont découvert que l’Armée islamique en Irak comportait aussi un courant palestinien issu du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). On peut donc supposer que l’accueil réservé par la France à Arafat n’a pas nui au sort réservé aux otages.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil