L’Ambassadeur israélien à l’ONU s’insurge de l’hypocrisie des Nations Unies sur la clôture de sécurité 

vendredi 23 juillet 2004

Dan Gillerman, Ambassadeur d’Israël à l’ONU, a pointé la « grande hypocrisie » de l’ONU, qui met sur le banc des accusés les personnes qui tentent d’empêcher le terrorisme et les victimes de ce terrorisme, plutôt que les terroristes eux-mêmes."


« Il est tout simplement incroyable que l’on réagisse avec tant de vigueur à une mesure qui sauve des vies et que l’on réagisse avec tant d’indifférence et d’apathie à une campagne palestinienne qui coûte des vies », a-t-il poursuivi.
 
Suite à la résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU contre la clôture, proposée par les pays arabes et musulmans et votée par 150 voix (6 pays contre et 10 abstentions), Israël a exprimé sa déception de voir ainsi l’ONU prise en otage par ceux qui prônent une vision unilatéralement anti-israélienne.
 
L’ONU, par cette résolution, consacre aux terroristes le droit de tuer des Israéliens.

« Heureusement, le sort d’Israël et du peuple juif n’est pas décidé dans cette enceinte » a déclaré Dan Gillerman, exprimant la position israélienne qui préfère les critiques aux condoléances.
 
Depuis la construction de la clôture de sécurité dans le Nord de la Cisjordanie, le nombre d’attaquesterroristes a chuté de 90 pour cent, ce qui donne 82 pour cent de morts en moins.
 
Israël se dit particulièrement déçu par la position européenne (les pays de l’Union européenne ayant voté pour la résolution), qui la discrédite dans tout processus diplomatique constructif au Proche-Orient.
 
Et ce, malgré les modifications apportées à la résolution originale pour que soit stipulé : 
1) le fait que l’Autorité Palestinienne fasse des efforts visibles sur le terrain pour « arrêter, déjouer et contenir les individus et les groupes menant et planifiant des attaques violentes » 
2) le fait que « tous les Etats ont le droit et le devoir de prendre des actions en conformité avec le droit international et le droit humanitaire international pour contrer les actes de violence contre la population civile de façon à protéger la vie de ses citoyens. »
 
Dan Gillerman qualifie ces phrases de « références réticentes au terrorisme ».
 


La revue des infos

Mots-clés

Accueil