Le refus palestinien d’un État juif.

Shmuel Trigano. Professeur des Universités - Contreverses

jeudi 2 septembre 2010, par Desinfos

Voir en ligne : Lire la suite de l’article directement sur www.controverses.fr

Un discours prononcé dans les parages de la conférence d’Annapolis est passé totalement inaperçu en Occident. Il était, à vrai dire, rationnellement inexplicable. En même temps qu’il professait une volonté de « paix », le négociateur palestinien, Saeb Erekat déclarait1 que jamais l’Etat de Palestine ne reconnaitrait Israël comme un Etat juif, ce que le « modéré » Mahmoud Abbas réïtéra après la conférence à l’occasion d’un discours dans un pays arabe. Qu’est-ce que les Palestiniens s’apprêtaient alors à « reconnaître » à Annapolis ? N’est-ce pas justement la souveraineté politique d’un peuple juif, autrement dit l’existence d’un Etat qui ne serait ni arabe, ni islamique qu’il faudrait reconnaître, ce que conteste l’immense majorité du monde arabo-musulman ?



Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil