L’inquiétude européenne augmente,l’Union européenne approuve des sanctions contre l’Iran

realite-eu.org

mercredi 21 juillet 2010, par Desinfos

Le 26 juillet 2010, les ministres des Affaires étrangères devraient approuver une nouvelle série de sanctions de l’Union européenne contre l’Iran.[1] Toutefois, plusieurs États membres de l’Union européenne ont des intérêts commerciaux considérables en Iran.[2] Les nouvelles sanctions de l’Union européenne mettront probablement une forte pression sur l’Iran. Malgré l’opposition et l’inquiétude de Chypre, l’Espagne, la Suède, Malte et l’Autriche, les nouvelles pénalités de l’Union européenne que les ministres des Affaires étrangères détailleront au cours de leur réunion du 27 juillet dépassent les dernières mesures contenues dans la Résolution 1929 de l’ONU.[3]


Selon les analystes, les sanctions de l’ONU et de l’Union européenne causeront « plus de tension économique et décourageront les investisseurs étrangers. » [4] Matthew Levitt de l’Institut de Washington pour la Politique au Proche-Orient argumente que « ceux qui prétendent que les sanctions ont échoué ne voient pas la situation dans son ensemble » : Il recommande « des sanctions sous la forme de mesures financières liées aux activités terroristes et de prolifération ». Des sanctions ciblées pouvant « entraver l’aptitude de l’Iran à accéder à des substances nucléaires et à les expédier et comprimer son environnement opérationnel ». Par ailleurs, il a dit que les différents niveaux de sanctions que la communauté internationale appliquait (« formelles », « régionales », « multilatérales », « unilatérales », et « informelles ») ont réussi à encourager une large variété d’entreprises à se retirer de l’Iran ".[5]

Les pays de l’UE font pression pour de nouvelles mesures

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a recommandé à l’UE de donner « l’exemple » sur le problème nucléaire iranien en « prenant des mesures complémentaires et supplémentaires ». [6] Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a dit : « Certaines sociétés (européennes) se demandent ce que cela signifie pour leur entreprise, mais nous sommes inquiets à ce que nous coûteraient des bombes nucléaires entre les mains de l’Iran. Nous devons contribuer avec nos propres mesures européennes en plus des sanctions du Conseil de Sécurité de l’ONU pour faire pression sur l’Iran afin qu’il reprenne les négociations. » [7]

Mark Fitzatrick de l’Institut International pour les Études Stratégiques à Londres a dit : « l’efficacité des sanctions dépendra finalement de leur application. » [8]

Le 7 juillet 2010, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a dit : « la négociation était la seule solution possible au problème du programme nucléaire de l’Iran ». Elle a dit également : « J’imagine que ça nous conduira à l’automne. J’ai pour ambition de parvenir à des négociations réelles le plus tôt possible. Rien ne me dissuaderait qu’il devrait y avoir des négociations ».[9] Au mois de juin, Catherine Ashton, a écrit une lettre au principal négociateur du nucléaire iranien, Saeed Jalili, pour demander la reprise des négociations avec les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et l’Allemagne après que l’ONU ait imposé de nouvelles sanctions à l’Iran. [10]

Le président de l’UE, Herman Van Rompuy, a dit que les dirigeants européens « restent profondément inquiets au sujet du programme nucléaire iranien, et de nouvelles mesures restrictives sont devenues nécessaires. » [11] Au mois de février 2010, le ministre français des Affaires étrangères, en mentionnant le rejet des demandes internationales, a dit : « C’est un vrai chantage. La seule chose que nous pouvons faire, hélas, est d’appliquer des sanctions étant donné que des négociations sont impossibles. » [12]

Stuart Eizenstat, ancien ambassadeur de l’UE pendant l’administration de Bill Clinton, a écrit dans le Wall Street Journal que : « L’objectif des sanctions contre l’Iran est de faire en sorte que le coût de son programme nucléaire continu soit supérieur aux avantages. Supprimer les sources de financement que le régime utilise pour soutenir son programme est le moyen le plus efficace pour changer son comportement. »[13]

Les voix européennes contre de nouvelles sanctions

La Suède et la Chypre sont contre des sanctions supplémentaires de l’UE autres que celles déjà imposées par l’ONU et l’Allemagne. Elles s’inquiètent que les secteurs du pétrole et du gaz iraniens aient été ciblés en raison de leurs considérables investissements dans le secteur.[14] La Suède s’oppose aux sanctions comme un outil de politique étrangère efficace. [15] Malte et la Grèce, dont les ports pourraient perdre les revenus générés par les compagnies maritimes iraniennes, pourraient également éprouver des difficultés au conseil des ministres des Affaires étrangères du 26 juillet. L’Espagne émet également des réserves.[16] Un diplomate de l’UE a dit : « La liste des mesures restrictives est à peu près élaborée à ce stade. Elles couvrent des domaines tels que le commerce, le secteur financier, l’énergie, les transports, les interdictions de visa, le gel d’actifs. Travailler sur cette liste est manifestement une affaire très controversée étant donné la divergence des intérêts parmi les états membres de l’UE… » [17]

Selon un officiel européen, l’UE envisageait de sanctionner les importations d’essence en Iran mais il se serait rétracté après que les Pays-Bas et l’Allemagne ont exprimé leur opposition. [18]

Réactions de l’Iran

En réagissant à la possibilité d’autres sanctions en dehors de celles imposées par l’ONU, le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a dit : « Sans aucun doute, une telle approche conflictuelle peut avoir des conséquences terribles dans les relations entre la République islamique d’Iran et l’Union européenne. » [19]

Ali Reza Zeighami, ministère adjoint au pétrole et président de la Société Nationale iranienne de Distribution et de Raffinage de Pétrole, a dit, concernant les sanctions : « La majorité de ces sanctions sont de la propagande. Même s’ils nous imposent des sanctions, certaines sociétés étrangères font la queue pour investir en Iran. » [20]

Le 7 juillet 2010, le chef du nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi, a admis que des sanctions « pourraient ralentir » le programme nucléaire iranien « mais ne mettraient pas fin aux activités. » Par ailleurs, il a dit que si l’Iran a des difficultés à obtenir le matériel nécessaire pour son programme de développement d’armes nucléaires, « nous les produirons nous-mêmes. » [21]

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a dit que la résolution de l’ONU ne valait pas plus qu’un « mouchoir usé ».[22]


Références

[1] “Europe must impose tough oil sanctions on Iran : US ;” EUBusiness, June 29, 2010, http://www.eubusiness.com/news-eu/iran-nuclear-us.5db/

[2] Castle, Stephen : “E.U. Signals New Sanctions Against Iran Over Its Nuclear Program,” The New York Times, June 14, 2010, http://www.nytimes.com/2010/06/15/world/europe/15iht-sanctions.html

[3] Schultz, Teri : “EU sanctions target Iran investments,” GlobalPost, June 20, 2010, http://www.globalpost.com/dispatch/european-union/100619/eu-sanctions-iran-un-nuclear-weapons

[4] “Iran says crude, agri output to help against sanctions,” Reuters, July 8, 2010, http://www.reuters.com/article/idUSSGE6670FB20100708

[5] http://carnegieeurope.eu/events/?fa=2874

[6] “EU ministers propose extra sanctions against Iran,” Agence France Presse, June 14, 2010, http://www.eubusiness.com/news-eu/iran-nuclear.560

[7] “EU Agrees on New Iran Nuclear Sanctions,” Associated Press, June 14, 2010, http://www.foxnews.com/world/2010/06/14/eu-agrees-new-set-iran-nuclear-sanctions/

[8] Charbonneau, Louis : “Iran defies sanctions as West plans harsher measures,” Reuters, June 10, 2010, http://www.iiss.org/whats-new/iiss-in-the-press/june-2010/iran-sanctions-good-for-obama-wont-stop-iran/

[9] Erlanger, Steven ; Castle, Stephen : “E.U. Foreign Chief Hopes for Iran Talks,” The New York Times, July 7, 2010, http://www.nytimes.com/2010/07/08/world/europe/08ashton.html

[10] “EU mulls response to Iran talks invitation,” EUBusiness, July 7, 2010, http://www.eubusiness.com/news-eu/iran-nuclear-ashton.5he/

[11] Fidler, Stephen ; Stevens, Laura : “EU Targets Iran Despite Members’ Trade Ties,” Wall Street Journal, June 18, 2010, http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703650604575312840083258382.html

[12] “West pushed for ‘strong sanctions against Iran’,” BBC Online, February 8, 2010, http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/8504637.stm

[13] Eizenstat, Stuart E. : “Iran Sanctions : Where We Go From Here,” Wall Street Journal. July 1, 2010, http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703426004575338443415494022.html

[14] Hafezi, Parisa ; Jaseb, Hossein : “Iran says possible EU sanctions ‘illogical’,” Reuters, June 15, 2010, http://uk.reuters.com/article/idUKTRE65E2BT20100615

[15] Yusuf, Huma : “EU set to follow US in uppin sanctions on Iran,” Christian Science Monitor, June 17, 2010, http://www.csmonitor.com/World/terrorism-security/2010/0617/EU-set-to-follow-US-in-upping-sanctions-on-Iran

[16] Yusuf, Huma : “EU set to follow US in uppin sanctions on Iran,” Christian Science Monitor, June 17, 2010, http://www.csmonitor.com/World/terrorism-security/2010/0617/EU-set-to-follow-US-in-upping-sanctions-on-Iran

[17] Rettman, Andrew : “EU diplomat : no details on Iran sanctions until July,” EU Observer, June 17, 2010, http://euobserver.com/9/30309

[18] Fidler, Stephen ; Stevens, Laura : “EU Targets Iran Despite Members’ Trade Ties,” Wall Street Journal, June 18, 2010, http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703650604575312840083258382.html

[19] Charbonneau, Louis : “Iran warns EU of dire consequences over sanctions,” Reuters, July 1, 2010, http://www.reuters.com/article/idUSTRE65T4GV20100701

[20] “US, EU sanctions will make Iran self-sufficient : minister,” EUBusiness, June 25, 2010, http://www.eubusiness.com/news-eu/iran-nuclear-us.5cb/

[21] “Iran admits sanctions could slow down nuclear program,” Associated Press, July 7, 2010, http://news.yahoo.com/s/ap/iran_nuclear

[22] “Iran admits sanctions could bite,” AlJazeera, July 7, 2010, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2010/07/201077155935990551.html


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil