Nucléaire : l’Iran va continuer à enrichir l’uranium à 20%

CICAD - Coordination Intercommunautaire contre l’Antisémitisme et la Diffamation

lundi 17 mai 2010, par Desinfos

L’Iran va continuer à enrichir l’uranium à 20% a déclaré, selon l’agence Irna, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast après la signature d’un accord entre l’Iran, la Turquie et le Brésil sur une proposition d’échange de combustible en Turquie. Les ministres des Affaires étrangères iranien, brésilien et turc ont signé ce lundi à Téhéran un accord sur un projet d’échange d’uranium iranien faiblement enrichi contre du combustible hautement enrichi en Turquie. L’accord a été signé en présence des présidents iranien et brésilien Mahmoud Ahmadinejad et Lula, ainsi que du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.


« Dans le cadre de cet accord, la Turquie sera le lieu pour stocker l’uranium faiblement enrichi iranien », a déclaré chef de la diplomatie iranienne Ramin Mehmanparast aux journalistes. « Nous allons informer dans la semaine l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de cet accord. La quantité de l’échange est de 1200 kg » d’uranium enrichi iranien à 3,5%, a-t-il ajouté. Et l’AIEA doit informer le groupe de Vienne (Etats-Unis, Russie, France), qui avait négocié en novembre dernier un échange de combustible avec l’Iran, de cette proposition, a ajouté le ministre des Affaires étrangères iranien.

A l’époque, le groupe de Vienne avait proposé que l’Iran envoie son uranium faiblement enrichi en Russie pour obtenir du combustible hautement enrichi fabriqué en France. Ce que le régime iranien avait refusé. « Nous espérons que l’autre partie acceptera cette proposition », a déclaré lundi Ramin Mehmanparast. Si c’est le cas, l’Iran enverra d’ici un mois son uranium en Turquie.

Si Israël estime que « les Iraniens ont manipulé la Turquie et le Brésil », la Turquie, de son côté, juge que cet accord signe l’abandon des sanctions de la communauté internationale contre l’Iran. « Cet accord doit être considéré comme positif. Aujourd’hui, il n’y a plus besoin de sanctions », a déclaré le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu. Il « montre que le temps est toujours à la diplomatie et la négociation », a déclaré le chef de la diplomatie brésilienne Celso Amorim, cité par l’agence officielle Irna.

L’Iran a commencé à faire de l’enrichissement à hauteur de 20% le 9 février dernier, une décision qui a été condamnée par les grandes puissances.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil