JCall : Le miroir européen de JStreet , partie II

Par : Nidra Poller - newenglishreview | Traduction et adaptation : Hanna pour sionisme.xooit.com

mercredi 5 mai 2010, par Desinfos

Voir en ligne : Appel à signature pour « Raison garder »

En la reprenant là où je l’avais laissé, voici un bref résumé de la pétition « Être raisonnable » (note : Raison Garder)  - lancée par une organisation non sectaire – que vous pouvez lire dans son intégralité, en anglais sur le site  [www.dialexis.org] . (Note : en français aussi). « Soyez raisonnable » rejette les prétentions des intellectuels et des personnalités qui utilisent leurs étiquettes juives comme preuve d’objectivité. Contrairement à ces prétentions, l’Appel à la raison, n’est ni démocratique, ni attaché à la morale, ni d’expression de solidarité diasporique avec Israël. On tient Israël pour unique responsable de l’impasse, alors que les sondages d’opinion démontrent systématiquement le refus palestinien d’une solution pacifique du conflit avec la reconnaissance de droits juifs à Jérusalem. La création d’un Etat palestinien dans le contexte d’hostilité présente et durable dans le monde arabe, exposerait Israël à une position de « faiblesse stratégique fatale. »


« L’appel à la raison », oublie que l’accord d’Oslo a conduit à une vague sans précédent de terrorisme, le retrait du Liban a favorisé la création du Hezbollah, le retrait de Gaza a eu pour effet, un coup d’état du Hamas avec son flot de roquettes lancées sur Israël. Si le Hamas venait à prendre le contrôle de Jérusalem Est et le futur Etat palestinien, que feraient ceux qui ont signé « l’appel à la raison », ils diraient qu’ils sont désolés ?
« L’appel à la raison » est partial et partisan, il aide et encourage les réseaux qui favorisent le boycott anti-israélien et à la délégitimation de l’Etat d’Israël.

Face à la menace existentielle pour Israël « Être raisonnable » (Raison Garder), a l’intention de construire un véritable mouvement au sein de l’Union Européenne, afin de défendre la légitimité de l’Etat d’Israël et combattre la culture antisémite de plus en plus présente. Le débat qu’a inspiré l’initiative de JCall, pour abréger, me fait penser à mon propre itinéraire, pouvant se résumer à ma phrase préférée de Dante : in mezzo camina della vita, sparita…J’ai vécu jusqu’à l’âge de 37 ans dans le pays où je suis née, les Etats-Unis, avec un intermède de 3 ans à Londres, depuis l’âge de 37 ans, je vis à Paris. Ma vie est un débat vivant ! Débat, avec les membres de ma famille vivant aux Etats-Unis, qui pensent que plébisciter Israël, en priorité, est faire preuve d’étroitesse d’esprit, mais que délibérer pour les droits à l’avortement et le mariage homosexuel est rationnel. Avec les sionistes en France qui pensaient à tort, que George Bush était, un fauteur de troubles. Avec les sionistes des Etats-Unis, qui ont cru dur comme fer qu’Obama aime Israël. Avec des amis français qui pensaient qu’Obama était la clé de la réconciliation transatlantique.

Mes amis et collègues américains étaient désireux de m’entendre en ce qui concerne l’antisémitisme en Europe. Alors, qu’Obama s’est accaparé notre vaste et puissant pays comme on s’accapare une pomme à l’étalage. Je ne pense pas que l’Américain de base, les télévisions, qui l’ont tous soutenu et fait gagner les élections, le referont. Quelque chose du « vieux monde » est arrivée sur la terre où je suis née, quelque chose de si pesant, si tragique, si étranger, que cela appelle à une sorte de réflexion qui a été mise au rebut. « Faire court et simple », était parfait quand les choses allaient bien et que l’énergie juvénile, que nous admirions tous, faisait bouger les choses à un rythme étourdissant. Hélas, le rythme vertigineux qu’a été le nôtre, n’est plus. Il appartient à nos ennemis.

La réaction de JCall, est assourdissante et les princes de la raison qui l’ont publié, ont habilement intégré cette réaction dans leur discours : N’avons-nous pas dit que le problème des Juifs est, qu’ils obtiennent tout sans retenue, et pensent que vous essayez de les exterminer à chaque fois que quelqu’un…Euh… menace de les exterminer ?

J’ai visionné, ce soir, la vidéo de JCall. Urbains, distingués et à l’aise face aux rangées de parlementaires européens, où au cours de cette soirée, ils ont présenté et défendu leur appel.
Ahmadinejad à l’ONU, les Juifs modérés, « raisonnables » à l’Union Européenne, les djihadistes abordant la parodie de l’arrangement international, les Juifs ultra rationnels demandant des conseils spirituels à l’Union Européenne eurabienne.

Au dernier contrôle : on comptabilisait sur JCall, 3946 signatures, la pétition : « Raison Garder » 5081 signatures. A Nîmes, aujourd’hui, un Juif de 78 ans a été attaqué par trois hommes, qui lui ont pulvérisé du gaz lacrymogène, directement sur les yeux. Il était sorti de la synagogue, se trouvant près de la gare, pour mettre un paquet dans sa voiture, et il était sur le point du retour, quand les agresseurs lui sont tombés dessus. Juste après l’incident les membres de la communauté ont vu qu’une insulte avait été peinte au pistolet, sur la façade. Couleur or ! Etait indiqué dans un français analphabète, « Nike le Juif » signifiant « f_k les Juifs. »

Si le conflit entre Israël et les Palestiniens était un conflit territorial, et si l’Union Européenne et les Etats-Unis, étaient aussi sages que Salomon, l’appel à la raison aurait volé comme un ange venu du ciel pour venir avec une branche d’olivier inextinguible. Mais si, comme je le crois, ce n’est pas un conflit territorial, cela ne pourra pas être résolu par un processus de paix, il n’y aura aucun Etat palestinien démilitarisé vivant côte à côte dans la paix avec Israël, la performance de cette soirée par Messieurs : Maurice Szafran, Elie Barnavi, Avi Primor, Zeev Sternhell, Daniel Cohn-Bendit et Bernard Henri-Lévy a été le théâtre de l’absurde.

Le message délivré avec une telle élégance, une telle belle rédaction, était trop simple pour n’être que des mots : Donner en « retour » des territoires, à la fin de « l’occupation ». C’est le même message que celui de l’Union Européenne, qu’elle nous rabat depuis des décennies, le même message qui retentit sur les bannières vertes qui volent au-dessus des keffieh des arabo-musulmans qui piétinent à travers les rues d’Europe occidentale, et le même message qui a été sans cesse formulé, reformulé, empaqueté, sifflé, chanté, cajolé et à plusieurs reprises offert aux Palestiniens. Même message qu’ils rejettent systématiquement.

Le clou de la présentation à cette soirée devant le Parlement Européen a été délivré par l’Euro député vert Daniel Cohn-Bendit, qui a commencé son discours, en indiquant qu’il était un mauvais juif, qu’il n’était pas circoncis, n’avait pas fait sa bar-mitsva, et qu’il ne s’inquiétait pas vraiment pour Israël. Mais Cohn-Bendit s’inquiète assez pour indiquer que : Israël doit sortir des territoires et que les Palestiniens doivent renoncer au droit au retour. Que chacun des côtés doit re-équilibrer ses ambitions de sorte que chacun des deux puissent réaliser leurs aspirations. Comme la France et l’Allemagne l’ont fait (Cohn-Bendit, qui est franco-allemand, habite en Allemagne). N’étions-nous pas des ennemis ? Et regardez maintenant, nous sommes des amis. Cette logique est l’essence même de l’appel fallacieux de « appel à la raison » ! Comment la France et l’Allemagne, ont-elles pu devenir amies ? Ne me dites pas qu’elles le sont parce que l’Allemagne a finalement écouté la raison et s’est retirée des territoires.

[A suivre]


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil