Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Abou Al-Gheit avertit qu’un Iran nucléaire propulserait les pays Arabes dans la course à l’armement nucléaire

MEMRI Middle East Media Research Institute

mercredi 28 avril 2010, par Desinfos

Les extraits suivants sont tirés d’une interview du ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Abou Al-Gheit, diffusée sur la première chaîne télévisée égyptienne le 11 avril 2010.


Voir en ligne : Voir les extraits-vidéo sous-titrés en anglais sur MEMRI TV :

Interviewer : Permettez-moi de vous poser la question de l´homme de la rue : Qu´y a-t-il de mal à ce que l´Iran obtienne l´arme nucléaire ? C´est un pays islamique, un voisin des Arabes, et ses capacités sont dirigées contre les ennemis des Arabes et des musulmans. En quoi l´obtention de l´arme nucléaire par l´Iran pourrait-il nuire à l´Egypte ?

Ahmad Abou Al-Gheit :
Nous avons oublié l´histoire.

Interviewer : Que voulez-vous dire ?

Ahmad Abou Al-Gheit : L´Iran est une puissance perse, pas arabe. Elle a des desseins et des intérêts dans le Golfe, où elle occupe des îles arabes. Elle exerce son influence en Irak, et dans le passé, elle a mené une guerre contre l´Irak.

[...]

Un Iran nucléaire représenterait une menace de prolifération nucléaire au Moyen-Orient. C´est pourquoi nous ne pouvons pas l´accepter. Nous voulons que l´Iran s´abstienne de forcer les Arabes à s´engager dans la course [à l´armement nucléaire] contre lui. Nous devrions tenir compte du fait - et ne l´oubliez pas, comme le font certains - que l´Iran souhaite exercer sur la région une influence qui ne correspond pas aux priorités et intérêts des Arabes.

Face à l´influence iranienne en Irak, nous devrions nous méfier. L´Irak est un pays arabe. Face à l&acut e ;influence iranienne sur un pays comme le Liban, nous devons dire à nos frères libanais que l´identité arabe doit primer sur l´appartenance religieuse. Face à l´influence [iranienne] au-delà de la frontière égyptienne, sous forme d´une aide au Hamas contre Israël, et non pas pour libérer la bande de Gaza ou la Cisjordanie, mais pour envoyer à Israël le message : nous pouvons vous atteindre...

[...]

Nous, en Egypte, n´avons pas l´habitude de la division en sunnites et chiites. Je suis diplomate depuis 45 ans, depuis 1965. Jamais de ma vie n´ai-je demandé à un responsable, diplomate ou ministre irakien s´il était chiite ou sunnite.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil