Clarification à propos des deux adolescents palestiniens assassinés par des Palestiniens pendant l’opération « Arc-en Ciel »

Par Amir Oren - Haaretz

mercredi 26 mai 2004

« Deux jeunes, âgés de 12 et 16 ans, ont été tués par des terroristes palestiniens alors que les forces de Tsahal leur demandaient de sortir de leur maison. Les deux adolescents tenait un drapeau blanc et faisait signe de la main, les terroristes les ont visé à mort. Les forces de Tsahal ont localisés les terroristes et les ont tués. »


... Quand le cortège avec des hommes armés au milieu se sont dirigés en direction des forces de Tsahal, le commandant de la Division de la Bande de Gaza, le Général Shmuel Zakaii a essayé de parler avec les dirigeants de la communauté de Rafah. Le chef de Liaison et de l’Administration de Coordination, le Colonel Poli Mordecai, a téléphoné à Nasser Saraj, le chef du Comité Civil de la ville.

Nasser Saraj, un individu respecté, autrefois directeur général du Ministère du Commerce et l’Industrie à l’Autorité Palestinienne, a écouté les réclamations du Colonel Mordecai, mais n’a pris aucune mesure pour empêcher le désastre.

Quand les hommes ont obéi aux appels des haut-parleurs de se rendre aux autorités de Tsahal (et aux gens du service de renseignement qui cherchaient à les interroger), ils ont été confrontés aux membres des organisations terroristes, qui ont ouvert le feu sur eux et ont tué deux enfants. Un officier supérieur dans la Bande de Gaza a annoncé hier que Tsahal a les images de cet incident, en sa possession, Des Palestiniens tuant leurs enfants. Il a exprimé sa stupéfaction, pourquoi l’armée s’est abstenue de les publier ?

Ce qui suit est un résumé du briefing tenu par le commandement GOC du sud, le Maj. Général Dan Harel, quant à l’opération de Rafah.

Mercredi,12 mai 2004, une force de Tsahal voyageant le long de la frontière Israélo-égyptienne a été prise sous un tir lourd et des missiles anti-blindé lancés depuis Rafah.

Un transport de soldats de Tsahal a explosé et en conséquence cinq soldats ont été tués.

Pendant les deux jours, suivant cet incident, les équipes de secours ont opéré dans le secteur de l’incident pour localisé les restes des corps et les rapporter à leurs amis pour un enterrement approprié. Pendant toute l’opération les forces de Tsahal ont été soumises à un tir lourd depuis « l’intérieur » des maisons. A la suite de ce tir d’armes à feu, qui s’est produit à 60 à 70 mètres de la frontière et ne s’est pas arrêté un seul instant, deux autres soldats de Tsahal ont été tués.

Lundi, 17 mai 2004, Tsahal a commencé, par une opération complète dans la ville de Rafah, à viser les terroristes et les agents recherchés et à localiser et à démanteler les tunnels faisant passer les armes en fraude. Le but de l’opération devait garantir les quartiers le long de la route Philadelphi et s’assurer qu’ils soient vides de terroristes et d’agents recherchés.

Le secteur de Rafah est un des plus bondés, les rues sont étroites et les maisons sont l’une contre l’autre. Simultanément à l’opération, on a mis un grand accent sur l’aide humanitaire sous la forme de réparation des infrastructures d’eau et d’électricité, un mouvement libre des ambulances et l’approvisionnement en besoins de base de la population palestinienne.

Les réalisations de l’opération :

Clarification sur les victimes parmi civils :

A notre connaissance, 14 résidants innocents ont été tués pendant l’opération :

Démolition de maisons :

Pendant l’opération, des dégâts ont été causés à des structures dans la ville de Rafah. L’enquête des forces d’intervention montre qu’environ 56 structures ont été détruites.

De plus, les dégâts causés aux routes après que des bulldozers les aient utilisées pour faire détoner des dispositifs explosifs afin d’assurer le passage sécurisé des APC. Il est important de noter que trois Américains ont été tués, suite à une mine de bord de route, qui avait été activée sous leur véhicule.

Le tir que les terroristes ont dirigé de l’intérieur des maisons peuplées a créé un problème. Nous avons démoli des maisons quand elles étaient employées par les terroristes pour attaquer les forces d’intervention. Nous avons eu aussi besoin de passer par des rues étroites avec des véhicules blindés, ce qui a causé des dégâts complémentaires.

L’aide humanitaire pendant l’opération :

Il est important de souligner qu’un grand effort a été fait dans la réhabilitation des infrastructures d’eau et d’électricité et aussi dans la sécurisation des mouvements d’ambulances (un représentant senior de l’organisation de la Croix-Rouge dans la Bande de Gaza a noté qu’il n’y a eu aucun retard d’ambulances pendant l’opération).

Notre combat n’était pas dirigé contre les résidants de Rafah.

Malheureusement, les résidants ont assisté à une confrontation avec des terroristes et où les terroristes employaient leurs maisons pour leur activité terroriste, mais aucun soldat ou officier sous mon commandement n’a blessé un résidant intentionnellement.

www.haaretz.com/hasen/spages/430200.html


La revue des infos

Mots-clés

Accueil