Une Autorité palestinienne renforcée indispensable après le retrait d’Israël, affirme le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, devant le Conseil de sécurité

samedi 22 mai 2004

Il a rappelé que le Quartet avait exhorté « le Président Arafat à prendre une décision historique en renforçant et en recentrant l’Autorité palestinienne, en mettant fin au vide et à la paralysie actuelle, et en revitalisant la direction palestinienne »


« Ces mesures sont nécessaires pour remédier au déficit de crédibilité grandissant et de plus en plus frustrant de l’Autorité palestinienne, dans les domaines des réformes en matière de sécurité et de pouvoir ainsi engager Israël à reprendre la voie de la paix » a précisé le Secrétaire général adjoint.

« La Communauté internationale est autorisée à juger l’Autorité palestinienne à cet égard », a-t-il indiqué, ajoutant que « l’Autorité palestinienne devra pouvoir mettre en œuvre des services efficaces de maintien de l’ordre et d’administration dans l’éventualité d’un retrait unilatéral israélien de Gaza ».

Dans ce contexte, a ajouté le Secrétaire général adjoint, il faut exhorter les parties à éviter un scénario catastrophe, « si Israël se retirait de la Bande de Gaza tout en gardant le contrôle des passages frontaliers et en bouclant le territoire tandis que parallèlement une Autorité palestinienne affaiblie n’était pas en mesure de maintenir l’ordre public. »

Dans cette hypothèse, et « si la communauté internationale refusait d’assumer les conséquences d’un tel scénario, Gaza serait frappé par rien moins qu’une catastrophe humanitaire, et pourrait devenir une plaque tournante du terrorisme et du chaos. »


La revue des infos

Mots-clés

Accueil