Netanyahu : Le président Sarkozy m’a dit que la Syrie est prête à négocier sans conditions préalables / Yehonathan Lis et Barak Ravid – Haaretz

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

mardi 8 décembre 2009, par Desinfos

La Syrie a renoncé à réclamer qu’Israël se déclare prêt à se retirer du plateau du Golan comme condition préalable à des négociations de paix entre les deux pays. C’est ce qu’a affirmé hier le Premier ministre Netanyahu devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.


M. Netanyahu a rendu compte des contacts avec les Syriens qui ont eu lieu il y a quelques semaines sous l’égide du président français, Nicolas Sarkozy.

« J’ai indiqué aux Syriens que je suis prêt à reprendre les négociations, sans conditions préalables », a déclaré le Premier ministre. Les Syriens ont tout d’abord répondu qu’Israël doit s’engager à se retirer du plateau du Golan mais ensuite, « lors de ma rencontre avec le président Sarkozy, il m’a dit que les Syriens sont prêt à renoncer à cette condition préalable mais ne souhaitent pas de négociations directes et veulent une médiation. J’ai répondu au président Sarkozy : « Je préfèrerais des négociations directes, mais si les Syriens veulent une médiation, c’est vous qui serez le médiateur » ». Selon le Premier ministre, le président Sarkozy a répondu que les Syriens préfèrent la médiation turque, ce à quoi M. Netanyahu a répliqué : « Il faut un médiateur impartial et je ne suis pas certain que la Turquie ait montré dernièrement, depuis l’opération Plomb Durci, qu’ ! elle est en tête de liste des médiateurs impartiaux ».

Le Premier ministre a également évoqué la situation au nord d’Israël, déclarant : « Si autrefois nous considérions le Hezbollah comme une milice, il est aujourd’hui la véritable armée libanaise, une force significative qui s’arme et s’organise exactement comme le ferait une armée. Le gouvernement libanais et le Hezbollah sont imbriqués l’un dans l’autre. Ils sont responsables en cas d’attaque contre Israël », a indiqué M. Netanyahu.

Au cours de la séance de la commission, le chef de l’opposition, Tzipi Livni, s’en est pris au Premier ministre, affirmant que la décision d’appliquer le gel de la construction en Cisjordanie aux grands blocs de colonies est un échec.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil