Assad : « Si nous ne parvenons pas à la paix, la solution est la résistance » / Jacky Hougui – Maariv

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

mardi 10 novembre 2009, par Desinfos

La Syrie tend la main tout en montrant le poing : Dans le discours qu’il a prononcé hier à Istanbul, dans le cadre de la 25ème conférence du comité pour la coopération économique de la Conférence des pays islamiques, le président syrien, Bachar Assad a déclaré : « Nous avons toujours fait connaître notre volonté de parvenir à une paix globale et juste sur la base d’une restitution des terres occupées, et en premier lieu du Golan occupé.


Mais l’échec des négociations visant à rétablir nos droits laissera naturellement la place à la résistance comme solution alternative ».

« La résistance à l’occupation est un devoir national. La soutenir est un devoir moral, un acte légitime et même un honneur », a expliqué Assad. Le Président syrien a également évoqué le dossier palestinien et a mis en garde ceux qui se focalisent sur le gel de la colonisation comme base pour la reprise des négociations « comme si le problème tout entier se résumait aux colonies » : « 

L’arrêt de la colonisation n’est pas un objectif en soi mais une étape et rien de plus. Qu’en est-il, non pas du gel, mais du démantèlement des colonies ? Plus important encore : Qu’en est-il de l’arrêt de l’occupation ? C’est pourquoi il faut que la question reste traitée dans son contexte : L’occupation israélienne est le principal problème et il nous faut commencer à agir pour nous débarrasser de cette occupation, ce qui nous mènera au gel puis un démantèlement, et non l- ! 217 ;inverse », a-t-il déclaré.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil