Ahmadinejad s’en prend à Israël dans son discours devant l’ONU

Romandie News

jeudi 24 septembre 2009, par Desinfos

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé mercredi l’Etat d’Israël de mener des « politiques inhumaines » dans les territoires palestiniens. Pendant son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, une douzaine de délégations au moins ont quitté la salle en guise de protestation. Lors de son allocution, le président iranien s’est livré à un long réquisitoire contre l’état actuel du monde, reprenant à mots voilés la rhétorique classique du complot juif.


« Il n’est plus acceptable qu’une petite minorité domine la politique, l’économie et la culture dans une large partie du monde grâce à ses réseaux sophistiqués, instaure une nouvelle forme d’esclavage et nuise à la réputation d’autres nations, afin d’atteindre ses objectifs racistes », a-t-il dit.

Dans le texte de son intervention, diffusé avant qu’il ne monte à la tribune, Ahmadinejad ne mentionne pas le programme nucléaire iranien, que l’Occident soupçonne d’avoir une portée militaire.

Il y accuse en revanche les forces armées étrangères en Irak et en Afghanistan de répandre « la guerre, les tueries, l’agression, la terreur et l’intimidation » au Moyen-Orient.

La Suisse reste dans la salle

Plusieurs délégations ont quitté la salle, jugeant le discours discours du président iranien inacceptable. Un diplomate français a précisé qu’une concertation entre Européens avait eu lieu au préalable pour décider d’un éventuel départ.

Les Etats-Unis ont aussi quitté la salle. « Il est décevant que M. Ahmadinejad ait choisi une nouvelle fois de recourir à une rhétorique haineuse, insultante et antisémite », a déclaré dans un communiqué Mark Kornblau, porte-parole de la mission américaine auprès de l’ONU.

Selon un diplomate européen, outre les Etats-Unis et la France, les pays ayant quitté la salle de l’Assemblée étaient au moins une douzaine. Parmi eux, a précisé ce diplomate, figuraient la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne, le Danemark, la Hongrie, l’Argentine, le Costa Rica, l’Uruguay, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Le Canada avait pour sa part annoncé qu’il boycotterait le discours. Quant à la délégation suisse, elle n’a pas participé au boycott, « tout comme d’autres pays européens », a déclaré à l’ATS le porte-parole du Département fédéral des Affaires étrangères, Johann Aeschlimann.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil