Contre-vérité française pour critiquer le projet de retrait israélien

France-Israël, Alliance Général Kœnig

mardi 20 avril 2004

Qu’Israël se maintienne dans la bande de Gaza ou qu’il annonce au contraire un retrait, il a toujours tort aux yeux des diplomaties européennes dont, en pointe, celle de la France.


Le 15 avril en Alger, le président Chirac lui-même a déclaré qu’un tel retrait ne « constituerait une mesure positive » que si cinq conditions bien explicitées étaient remplies.

En outre, traitant des frontières, M. Chirac a appelé au respect du droit international, qualifiant même la voie qui s’ouvre au Proche-Orient, avec un large soutien des États-Unis, de « précédent fâcheux .... et dangereux ». France-Israël ne peut laisser passer sans réagir une référence au droit aussi contraire à la vérité : Israël n’a de frontières reconnues en droit international qu’avec l’Égypte et la Jordanie. Pour le reste, il n’y a que des lignes de cessez-le-feu ne constituant d’aucune manière des frontières.

Ici, notre diplomatie pousse si loin son parti pris anti-israélien, anti-américain et pro-arabe qu’il confine à la caricature.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil