UNESCO : Mais que fait donc Sarkozy ?

Le blog de Jean-Marcel Bouguereau

samedi 23 mai 2009, par Desinfos

Il ne reste plus que huit jours pour empęcher l’élection au poste de directeur général de l’UNESCO de Farouk Hosni. C’est l’un des postes de responsabilité culturelle les plus importants du monde.


Voir en ligne : Lire la suite du texte directement sur jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com

Pour l'instant, Ă  part, hier, une petite colonne en page DĂ©bats du Monde, intitulĂ©e « Unesco : la honte d'un naufrage annoncĂ© Â», et signĂ© de trois personnalitĂ©s qui seraient plus crĂ©dibles si, plutĂ´t que de dĂ©fendre inconditionnellement la politique de "Bibi", ils se faisaient le porte-parĂ´le d'une politique plus Ă©quilibrĂ©e entre Palestiniens et IsraĂ©liens, Elie Wiesel, Jacques Lanzmann et Bernard-Henry Levy, le silence est total. Or, sur le fond ils ont raison. Pire, Hosni a reçu le soutien de pays arabes et europĂ©ens, dont l'Italie, l'Espagne et... la France. Or cet homme si sa candidature n'est pas bloquĂ©e devrait diriger une grande organisation internationale dont la mission est de promouvoir le dialogue interculturel pour Ă©tablir «la paix dans l'esprit des hommes».

Qui est donc Farouk Hosni ?

Or qui est cet homme amenĂ© Ă  promouvoir? Lorsqu'en  juillet 2007, il annonce sa candidature, la presse Ă©gyptienne rĂ©vèle l'implication de deux de ses plus proches collaborateurs dans des affaires de corruption. Mais ce n'est pas tout. Farouk Hosni a dĂ©clarĂ© en avril 2001 : "IsraĂ«l n'a jamais contribuĂ© Ă  la civilisation Ă  quelque Ă©poque que ce soit car il n'a jamais fait que s'approprier le bien des autres" , rĂ©itĂ©rant deux mois plus tard : "La culture israĂ©lienne est une culture inhumaine ; c'est une culture agressive, raciste, prĂ©tentieuse, qui se base sur un principe tout simple : voler ce qui ne lui appartient pas pour prĂ©tendre ensuite se l'approprier".

"Brûlons ces livres (israéliens) ; s'il s'en trouve, je les brûlerai moi-même devant vous"

Non seulement, il s'est dĂ©clarĂ© contre la normalisation culturelle avec IsraĂ«l, toujours absente trente ans après les accords de Camp David, mais il a prononcĂ© des phrases odieuses : RĂ©pondant Ă  un dĂ©putĂ© du Parlement Ă©gyptien qui s'alarmait que des livres israĂ©liens puissent ĂŞtre introduits Ă  la bibliothèque d'Alexandrie, il a dĂ©clarĂ© : "BrĂ»lons ces livres ; s'il s'en trouve, je les brĂ»lerai moi-mĂŞme devant vous" ? L'homme qui règne sur la culture Ă©gyptienne depuis vingt ans, n'en est pas Ă  son coup d'essai : le quotidien  Haaretz rappelle qu'il a interdit la prĂ©sentation au festival de cinĂ©ma du Caire du film israĂ©lien plĂ©biscitĂ© d'Eran Kolirins, la Visite de la fanfare.

C'est lui qui aurait invité le négationniste, ex communiste, converti à l'Islam Roger Garaudy à venir mettre en doute la Shoah

Le Centre Wiesenthal tient l'homme pour un «antisĂ©mite», qui a «personnellement» invitĂ© l'islamo-communiste nĂ©gationniste Roger Garaudy Ă  venir mettre en doute la Shoah Ă  la tĂ©lĂ© Ă©gyptienne, il y a sept ans, et qui aurait bloquĂ© l'ouverture d'un musĂ©e juif au Caire. Et cet homme que la France va soutenir pour promouvoir le dialogue interculturel ? Il faut dire qu'après Durban I et le rĂ©cent Durban II oĂą l'on pu entendre le prĂ©sident iranien provoquer un tollĂ© occidental, en se lançant dans une violente diatribe contre IsraĂ«l qui a conduit les pays europĂ©ens Ă  quitter la salle, un sommet oĂą le marchandage final plutĂ´t honteux a abouti Ă  Ă©changer le refus du blasphème contre toute mention de l'homosexualitĂ©.

2003 : La Libye Ă  la prĂ©sidence de la commission des droits de l'homme de l'ONU !

Mais l'UNESCO n'en est pas non plus Ă  son premier scandale : en 2003, la crĂ©dibilitĂ© de la Commission des droits de l'homme (CDH) de l'ONU avait pris un nouveau coup avec l'Ă©lection de l'ambassadrice libyenne auprès des Nations unies Ă  sa prĂ©sidence ! Lors de Durban II, Ashraf Ahmed El-Hojouj, le mĂ©decin palestinien dĂ©tenu avec les infirmières bulgares est intervenu contre la Libye, rapidement interrompu par la reprĂ©sentante libyenne dont le pays, « l'une des pires dictatures du monde, aux mains tachĂ©es de sang Â» a prĂ©sidĂ© le comitĂ© prĂ©paratoire de Durban ! Le PrĂ©sident de la RĂ©publique qui se vante d'ĂŞtre sur tous les fronts, ferait bien de ne pas salir la rĂ©putation de notre pays en votant pour  Farouk Hosni


Un ministre Ă©gyptien annonce qu’il « brĂ»lerait des livres israĂ©liens »

http://monde.fil-info-france.com/2008_mai_24.htm

L’ambassadeur au Caire, Shalom Cohen, auprès du ministère des Affaires Ă©trangères, a officiellement protestĂ© au nom de l’Etat hĂ©breu contre une dĂ©claration du ministre Ă©gyptien de la Culture, Farouk Hosni, candidat Ă  la tĂŞte de l’UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l’Ă©ducation, la science et la culture, qui a dĂ©clarĂ©, la semaine dernière, lors d’un discours devant le parlement, qu’il « brĂ»lerait lui mĂŞme des livres israĂ©liens qu’il trouverait dans des librairies Ă©gyptiennes ».

Le responsable international du Centre Simon Wiesenthal, spécialisé dans la recherche d’anciens criminels nazis, Shimon Samuels, a écrit au directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, estimant Farouk Hosni disqualifié pour lui succéder après 2009 à la tête de l’Organisation.

Farouk Hosni a affirmĂ© en guise de dĂ©fense avoir seulement utilisĂ© « une expression populaire pour prouver l’inexistence de quelque chose », en l’occurrence des livres israĂ©liens dans des bibliothèques Ă©gyptiennes.

Rappelons que les ouvrages israéliens traduits sont très rares en Egypte, aucun film produit en Israël, même pacifiste, n’est présenté en Egypte, et un boycottage total est entretenu contre les artistes et intellectuels israéliens de tous bords.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil