Durban II : consultations entre Européens sur une participation de l’Union Européenne

Romandie News

samedi 18 avril 2009, par Desinfos

Des consultations se poursuivaient ce week-end entre Européens sur une décision de participation de Union Européenne à la Conférence sur le racisme dite « Durban II », qui débute lundi à Genève, et sur son niveau, a-t-on indiqué samedi au ministère français des Affaires étrangères.


Au lendemain d’un accord à Genève sur un projet de déclaration finale, une conférence téléphonique a réuni les chefs de la diplomatie française, allemande, britannique, néerlandaise et tchèque, a-t-on précisé de même source. Un nouvel entretien est prévu dimanche, selon un diplomate français.

Vendredi, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a envoyé une lettre à ses homologues européens pour tenter d’unifier la position européenne.

« Il me semble tard pour recentrer la discussion sur ce qui est à la base du projet européen, c’est-à-dire sur nos valeurs », souligne-t-il. Mais « nous ne sommes pas engagés dans un combat entre le Nord et le Sud. Ce qui est en jeu n’est pas une opposition entre civilisations, religions ou cultures », ajoute-t-il, appelant à « l’unité » de l’Union européenne (UE).

Plusieurs capitales européennes craignent des dérapages liées à la présence annoncée au siège des Nations unies à Genève du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, en campagne électorale dans son pays.

Les options sont un boycottage, une participation politique ou juste diplomatique, ou encore une présence comme simple observateur. Le 6 mars, l’Italie, opposée au projet de déclaration d’alors, avait annoncé son retrait.

La nouvelle mouture du texte mise au point vendredi élimine la plupart des points de discorde entre pays occidentaux et musulmans, les deux principaux blocs en opposition. Le texte ne contient pas de singularisation d’Israël, ni de mention de la diffamation des religions, points considérés comme des « lignes rouges » par les Occidentaux. Un paragraphe soulignant l’importance de la mémoire de l’Holocauste, que ne voulaient pas les Iraniens, a été maintenu.

La question est « accepter ce texte minimaliste et nous rendre à la Conférence de Genève avec un niveau réduit de représentation ou ne pas nous y rendre et faire savoir que ce texte manque trop d’ambition pour justifier notre présence », résume le ministre français dans sa lettre.

Le texte final « a été considérablement redressé grâce à la fermeté de l’Union européenne », précise Bernard Kouchner, tout en jugeant qu’il n’est « pas entièrement satisfaisant ».

Les Etats-Unis n’ont pas encore officialisé leur position.

La première conférence à Durban (Afrique du Sud) en 2001 avait débouché sur l’adoption d’un plan d’action contre le racisme, mais s’était achevée dans la confusion, des accusations d’antisémitisme et un départ fracassant des Etats-Unis et d’Israël.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil