Prasquier : Nous continuons d’ętre plus actifs que jamais

Crif

mardi 7 avril 2009, par Desinfos

Dans le magazine Tribune Juive du mois d’Avril 2009, Richard Prasquier, président du CRIF, revient sur ses inquiétudes et ses espoirs concernant la communauté juive de France. Extraits :


« Tribune Juive : Depuis la fin du conflit Hamas-IsraĂ«l, les agressions antisĂ©mites ont-elles diminuĂ© en France ?
Richard Prasquier : …Il y a chez une partie de la population un sentiment diffus, qui dĂ©rive vers l’antisĂ©mitisme. Ce sentiment a Ă©tĂ© exploitĂ© par divers mouvements qui ont instrumentalisĂ© le conflit de Gaza.

TJ : Craignez-vous, Ă  la faveur de la crise Ă©conomique, une poussĂ©e des populismes et des extrĂ©mismes ?
RP : C’est une crainte qu’on a toujours quand il y a une crise sociale ; et la crise Ă©conomique que nous connaissons risque d’évoluer vers une crise sociale… il ne faut pas se cacher que, sur le web en particulier, des messages abondamment diffusĂ©s rendent les juifs responsables de cette crise Ă©conomique… Tous les partis politiques rĂ©publicains en France sont très attentifs Ă  ne pas laisser passer les dĂ©rapages. Nous devons toutefois ĂŞtre prudents : dans certaines presses anglo-saxonnes, ou ailleurs, paraissent des textes tout Ă  fait inquiĂ©tants de ce point de vue.

TJ : Qu’espĂ©rez-vous du voyage de BenoĂ®t XVI en IsraĂ«l au mois de mai ?
RP : Qu’il se place dans les pas de Jean-Paul II. Ce n’est pas la mĂŞme personnalitĂ©, mais tout le monde attendra qu’il confirme la force du dialogue entre juifs et catholiques.

TJ : Que pensez-vous de la situation politique en IsraĂ«l ?
RP : Le rĂ©cent accord du Parti Socialiste Ă  la participation au gouvernement dirigĂ© par Benyamin Netanyahou Ă©largit l’éventail politique du prochain gouvernement... Il est vrai que l’image d’Avigdor Lieberman n’est actuellement pas bonne... Beaucoup de ceux qui le connaissent dĂ©crivent en fait un homme beaucoup plus pragmatique et rĂ©flĂ©chi que ne le prĂ©tendent ses ennemis… il est scandaleux d’en faire le pendant du Hamas, dont je rappelle que pour bien comprendre de qui on parle, il faut lire sa charte avec ses appels au meurtre des Juifs.

TJ : Guilad Shalit est dĂ©tenu depuis le 25 juin 2006 par le Hamas, pensez-vous que sa libĂ©ration soit proche ?
RP : Plus de 1000 jours atroces. Il faut imaginer ce que ressentent ses parents, et nous ne pouvons mĂŞme pas imaginer ce que ressent Guilad... Nicolas Sarkozy a exprimĂ© son soutien Ă  la famille Shalit et il n’y a pas une rĂ©union internationale avec IsraĂ«l ou les pays arabes oĂą il ne parle pas de ce drame. J’aimerais entendre la Croix Rouge sur ce sujet. Tous les prisonniers en IsraĂ«l qui appartiennent au Hamas et qui, pour beaucoup ont du sang sur les mains, bĂ©nĂ©ficient des garanties habituelles et du droit de visite. J’ai la dĂ©sagrĂ©able impression que l’on n’est pas très choquĂ© de ce que Guilad Shalit, victime d’un crime de guerre ne bĂ©nĂ©ficie pas de ces garanties. Et je suis fier de ce qu’IsraĂ«l envisage, comme il l’a fait dans le passĂ©, malgrĂ© le risque pour le pays et l’amertume que cela reprĂ©sente pour les familles de victimes, de libĂ©rer des centaines de terroristes pour libĂ©rer une seule personne.

TJ : Durban 2, qui se tiendra du 20 au 24 avril Ă  Genève, va continuer les dĂ©bats entamĂ©s Ă  Durban. Faut-il que la France boycotte cette rencontre ?
RP : … Le PrĂ©sident Sarkozy avait dĂ©jĂ  dĂ©clarĂ© au dĂ®ner du Crif de fĂ©vrier 2008 qu’il n’était pas question que la France participe si des lignes rouges bien prĂ©cises Ă©taient franchies. Cette fermetĂ© a payĂ© puisque un nouveau document vient d’être proposĂ©, dans lequel la rĂ©fĂ©rence Ă  IsraĂ«l a disparu... Enfin pas tout Ă  fait, car ce document se rĂ©fère explicitement Ă  l’acceptation du texte de Durban, en 2001, …qui stigmatisait IsraĂ«l. Ce texte amendĂ© reste inacceptable et nous continuons d’être plus actifs que jamais. Le CRIF co-organise Ă  Genève le 22 avril une journĂ©e de colloques de haut niveau sur les Droits de l’Homme d’une part, et l’Etat d’IsraĂ«l d’autre part et nous invitons les militants et les institutions Ă  y participer. »


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil