Israël très proche d’avoir atteint ses objectifs à Gaza

Avec AFP

samedi 17 janvier 2009, par Desinfos

C’est ce qu’affirme le ministre de la défense Ehoud Barak, alors que l’Egypte appelle l’Etat hébreu à cesser les combats « immédiatement » et « sans conditions », et à retirer ses troupes de la bande de Gaza. Israël est très proche d’avoir atteint les objectifs de son offensive dans la bande de Gaza, a déclaré, samedi 17 janvier, le ministre de la Défense Ehoud Barak dans un communiqué parvenu à l’AFP.


« Après trois semaines de l’opération ’Plomb durci’, nous sommes très proches des objectifs et de la consolidation des acquis par des accords diplomatiques », a-t-il affirmé lors d’une tournée dans une base militaire dans le sud du pays, alors que le ton est monté en milieu de journée avec l’Egypte.

« Israël est le principal obstacle aux »efforts égyptiens« pour mettre fin par un accord à la guerre de Gaza, a accusé samedi le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmad Aboul Gheit. Nuançant toutefois ces déclarations, le président égyptien Hosni Moubarak a, peu après les déclarations de son ministre, appelé Israël à cesser les combats »immédiatement« et »sans conditions", et à retirer ses troupes de la bande de Gaza.

« Israël est le principal obstacle »

Interrogé par la presse sur l’obstacle principal à la médiation égyptienne en cours, le chef de la diplomatie égyptienne Ahmad Aboul Gheit avait déclaré : « l’intransigeance israélienne ». « Israël est ivre de puissance et de violence », avait-il accusé. Cette déclaration, particulièrement engagée de la part de l’Egypte, avait été faite à l’issue d’un entretien du ministre avec son homologue tchèque, Karel Schwarzenberg. L’Egypte ne s’estime pas engagée par l’accord entre Israël et les Etats-Unis pour lutter la contrebande d’armes vers la bande de Gaza, avait ajouté Ahmad Aboul Gheit dans ses déclarations.
« Nous espérons toujours » qu’il y ait un « cessez-le-feu au plus vite », avait toutefois poursuivi le diplomate égyptien, dont le pays joue le médiateur entre le mouvement palestinien Hamas et Israël depuis le début du conflit.
Il n’avait pas dit un mot sur la possibilité évoquée par Israël d’une décision, ce samedi soir, en faveur d’une cessation unilatérale des hostilités.

Hosni Moubarak dans la nuance

Dans un discours retransmis par la télévision publique égyptienne, le président égyptien Hosni Moubarak a, peu après les déclarations de son ministre, appelé Israël à cesser les combats « immédiatement » et « sans conditions », et à retirer ses troupes de la bande de Gaza. Il a par ailleurs précisé que l’Egypte travaillait à sécuriser sa frontière avec la bande de Gaza et « n’acceptera jamais » de présence étrangère sur son territoire. Il a enfin invité des chefs d’Etat, en particulier d’Europe, et le président palestinien Mahmoud Abbas, à un sommet dimanche 18 janvier à Charm el-Cheikh sur Gaza.

La « confrontation se poursuivra »

A Jérusalem, un responsable gouvernemental israélien avait indiqué vendredi que le cabinet de sécurité devait voter samedi soir en faveur d’un cessez-le-feu unilatéral, sans retrait immédiat de ses forces.

La « confrontation » se poursuivra si Israël prend une telle décision, avait, de son côté, affirmé samedi matin un responsable du Hamas, Oussama Hamdane, alors que reprenaient au Caire les pourparlers engagés entre une délégation du mouvement palestinien et des négociateurs égyptiens. (


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil