L’armée israélienne annonce l’envoi de réservistes à Gaza

AP + AFP

lundi 12 janvier 2009, par Desinfos

L’armée israélienne a commencé à faire appel à de plus en plus de réservistes pour ses opérations dans la bande de Gaza, a indiqué dimanche la deuxième chaîne de télévision israélienne. Aucune précision n’a été fournie dans l’immédiat sur le nombre de réservistes envoyés ni leur mission.


Depuis le début de l’offensive israélienne le 27 décembre, des milliers de réservistes ont été mobilisés et subi des entraînements intensifs mais ils n’avaient pas été massivement utilisés dans les combats, a ajouté la télévision. Interrogé, un porte-parole militaire a indiqué qu’une partie des réservistes ont déja participé à des combats mais qu’ils sont de plus en plus nombreux à être « intégrés » dans les unités en opération sur le terrain.


Renforts de réservistes israéliens dans la bande de Gaza

JERUSALEM - L’armée israélienne a commencé à faire appel à de plus en plus de réservistes pour ses opérations dans la bande de Gaza, a indiqué la deuxième chaîne de télévision israélienne.

Depuis le début de l’offensive israélienne le 27 décembre, des milliers de réservistes ont été mobilisés et subi des entraînements intensifs mais ils n’avaient pas été massivement utilisés dans les combats, a ajouté la télévision.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole militaire a indiqué qu’une partie des réservistes ont déjà participé à des combats mais qu’ils sont de plus en plus nombreux à être « intégrés » dans les unités en opération sur le terrain.

Selon les médias, le gouvernement hésitait jusqu’à présent à donner son feu vert à une « troisième phase » de l’opération prévoyant le recours massif aux réservistes.

La première phase a consisté en des raids aériens massifs, principalement contre des objectifs liés au Hamas, puis l’armée israélienne a déployé lors de la deuxième phase des unités régulières dans la bande de Gaza.

Les commentateurs ont également souligné que le gouvernement mais aussi l’armée étaient profondément divisés sur la nécessité d’une escalade.

La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni préconise un retrait immédiat de l’armée et des attaques systématiques ensuite au cas où le mouvement islamiste poursuivrait ses tirs de roquettes vers le territoire israélien.

Le ministre de la Défense, Ehud Barak ne souhaite pas non plus passer à la troisième phase se traduisant par la prise d’assaut des coeurs des villes et des camps de réfugiés de Gaza.

M. Barak préconise des négociations par l’intermédiaire de l’Egypte en vue d’une trêve « améliorée » par rapport à celle de six mois arrivée à expiration le 19 décembre, notamment pour garantir la fin de la contrebande d’armes par des tunnels sous la frontière entre Gaza et l’Egypte.

En revanche, le Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert est favorable à une escalade ainsi que le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure Youval Diskin et le commandant de la région sud d’Israël, le général Yoav Galant, chargé de l’opération « Plomb durci ».

Pour sa part, le chef des renseignements militaires, le général Amos Yadlin s’oppose au lancement de la « troisième phase », tandis que le chef d’état major Gabi Ashkezani est « hésitant », a ajouté la chaîne « 10 ».

Les médias ont également souligné ces derniers jours que les responsables militaires pressaient les dirigeants politiques d’assumer rapidement leurs responsabilités en décidant d’une escalade ou d’un retrait afin d’éviter un enlisement.

L’approche des élections législatives du 10 février à accentué l’indécision des responsables politiques, qui redoutent de faire l’objet de sévères critiques comme cela avait été le cas à la suite des ratés de la guerre du Liban contre le Hezbollah durant l’été 2006.

Mme Livni est chef du Kadima, le parti centriste au pouvoir. M. Barak dirige le parti travailliste tandis que M. Olmert impliqué dans des affaires de corruption a passé le relais de la direction de Kadima à Mme Livni. Le chef de l’opposition de droite Benjamin Netanyahu, donné grand favori par les sondages préconise pour sa part une politique de la poigne de fer à Gaza.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil