Les victimes innocentes en question

David Horovitz | Jerusalem Post édition Francaise

jeudi 8 janvier 2009, par Desinfos

En tant qu’Israélien, que ressent-on quand notre artillerie frappe une école de l’ONU et tue des dizaines de personnes ? Une détresse profonde de ces vies perdues. Mais nous ne nous sentons pas coupables. Nous avons de la colère pour le Hamas qui nous a forcés à faire la guerre et qui se sert des Gazaouis comme de boucliers humains. Dans le cas de l’école : transformer un refuge en un site de lancement de roquettes et une réserve de munitions.


Pour paraphraser Golda Meïr, « le temps viendra peut-être où nous pardonnerons aux Palestiniens d’avoir tué nos fils, mais ce sera plus difficile de les pardonner de nous avoir forcés à tuer les leurs. »

Remarquons également le traitement des images fait par les médias étrangers.

Sur Al-Jazeera par exemple, les reportages se laissent aller au voyeurisme, à la limite de la pornographie, lorsque les journalistes filment à l’intérieur des urgences, des salles d’opération et des morgues.

Face à ces clichés sanglants et aux processions funéraires, qui songe que la raison d’être du Hamas est la lutte acharnée contre l’existence d’un Etat juif ?

… Ou que des leaders de l’organisation terroriste, déguisés en docteur, se cachent dans ce même hôpital d’où sont tirées ces images d’horreur ?

… Ou encore que l’aide internationale réservée aux Palestiniens est détournée en faveur des guerriers blessés du Hamas ?

Les médias orientés idéologiquement sont trop nombreux. Ils méprisent totalement leur devoir de présenter des informations et des images dans leur contexte. Evidemment, le public diabolise automatiquement ceux qui « sont capables d’une telle chose ».

Mais en fin de compte, il s’agit d’un moyen détourné pour venir en aide aux fanatiques qui sont les véritables responsables de ces horreurs.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil