Intervention imminente de Tsahal à Gaza

israelinfos.net

vendredi 26 décembre 2008, par Desinfos

La chef de la diplomatie israélienne, Tzipi Livni, s’est rendue jeudi matin au Caire où elle a rencontré le président Hosni Moubarak afin de s’entretenir de la situation dans la bande de Gaza et de la nécessité d’une intervention de Tsahal pour faire cesser les tirs intensifs de roquettes contre Israël. Les points de passage avec les territoires autonomes seront d’ailleurs ouverts ce vendredi matin pour permettre le passage de 40 camions de ravitaillement destinés à la population palestinienne, en prévision d’une opération militaire d’envergure de l’armée israélienne contre les groupes armés de la bande de Gaza.


Voir en ligne : Lire l’ensemble de la revue de presse de israelinfos.net

Dimanche matin, la décision d’intervenir militairement devrait être validée par le gouvernement lors de sa réunion hebdomadaire, alors que les membres du cabinet restreint de sécurité (Ehud Olmert, Tzipi Livni et Ehud Barak) se réuniront préalablement pour envisager les aspects militaires, diplomatiques et humanitaires de l’intervention de Tsahal à Gaza.

Dans ce contexte, et afin d’obtenir le soutien de la communauté internationale, la ministre des Affaires Etrangères, Tzipi Livni s’est entretenu avec ses homologues européens, américains et des pays arabes avec lesquels Israël entretient des relations diplomatiques. Livni a notamment expliqué aux délégués de l’ONU et de l’Union Européenne que l’Etat Hébreu était contraint d’agir contre le Hamas, consécutivement aux tirs permanents de roquettes et d’obus contre les populations civiles du Néguev. « Israël ne peut plus accepter cette situation dans la bande de Gaza, et se doit d’assurer la sécurité de ses habitants », a déclaré la chef de la diplomatie israélienne, ajoutant que l’Etat hébreu désirait « vivre en paix avec ses voisins, mais il est impossible qu’une organisation terroriste dicte la situation, essaye d’améliorer les conditions d’une accalmie qu’elle rompt elle-même, alors qu’elle continue de détenir Guilad Shalit, et de porter atteinte aux citoyens israéliens. Cette situation ne peut se prolonger ».

Jeudi matin, le Premier ministre, Ehud Olmert s’était pour sa part adressé, lors d’une interview accordée à El-Arabiya, aux Palestiniens de Gaza, déclarant : « Le Hamas est l’ennemi des habitants, pas seulement d’Israël mais également de Gaza. Je pense aux dizaines de milliers d’enfants qui sont mis en danger par les actions du Hamas ». Le chef du gouvernement a encore assuré ne pas vouloir faire la guerre au peuple palestinien, « mais nous ne permettrons pas aux terroristes de porter atteinte à nos enfants. Notre puissance est très importante, bien que nous ne désirions pas en faire usage ».

« Habitants de Gaza, ne laissez pas les assassins du Hamas - qui agissent contre les valeurs de l’Islam - vous mettre en danger » a conclu Ehud Olmert.

Sécurité

Le sud sous les roquettes

Alors que le Hamas a clairement laissé entendre mardi, par l’intermédiaire de l'un de ses responsables dans la bande de Gaza, Mahmoud a-Zahar, que ses milices, qui s’étaient par ailleurs engagées à observer une «trêve de vingt quatre heures», laquelle n’a été que très relativement respectée, pourraient décider de «reconduire l’accalmie», de nombreuses attaques palestiniennes ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, puis dans la matinée.

Au moins quatorze roquettes de type Qassam, et huit obus de mortier, se sont abattus dans le Néguev occidental.
Peu avant neuf heures du matin, deux engins ont frappé la ville d’Ashkélon : le premier a explosé dans la zone industrielle, située au sud de la cité balnéaire, et le second dans un secteur fréquenté par les habitants pour ses cafés et ses centres commerciaux. Dans les deux cas, il n’y a pas eu de blessé. Quelques heures auparavant, quatre roquettes avaient touché la région de Nétivot.

Les Brigades Al-Quds, la branche militaire du Djihad islamique, ont revendiqué ces «opérations contre les colonies sionistes».

Un habitant de Nétivot a raconté au site Internet Ynet : «L’alerte "Couleur rouge" s’est déclenchée à deux reprises, et les gens ont commencé à courir pour se mettre à l’abri, la plupart étaient avec leurs enfants, qui sont actuellement en vacances de Hanoukah».

Au cours des attaques visant Ashkélon, le toit d’un bâtiment militaire a été endommagé, et une maison d’un kibboutz situé dans les limites du Conseil régional de Shaar Hanéguev a été partiellement détruite. Là encore, personne n’a été touché.

"Etat de guerre" dans le Néguev

La radio israélienne a annoncé, en fin de matinée, qu’au moins «soixante roquettes de type Qassam, Grad et obus de mortier» ont été tirés par les milices du Hamas et du Djihad islamique depuis la bande de Gaza contre le sud du pays. Plusieurs commentateurs soulignaient pour leur part que les habitants des localités du Néguev occidental - où la plupart des activités ont été interrompues et les jeunes n’ont pas pris le chemin des écoles, alors qu’étaient prévues de nombreuses manifestations culturelles, jeux et concours, à l'occasion des fêtes de Hanouka - se trouvent «plongés dans un véritable état de guerre».

Au même moment, à Damas, face à des journalistes russes, Khaled Mashaal, qui dirige la branche politique du Hamas, déclarait que seule «l’entité sioniste est responsable de cette situation», et que «nul ne peut reprocher quoi que ce soit», à son organisation.

Dans la nuit de mardi à mercredi, une unité de Tsahal a abattu trois membres d’une cellule palestinienne qui essayaient de déposer une charge explosive le long de la barrière de sécurité.
Ils ont tenté de s’opposer aux soldats en jetant des grenades dans leur direction, mais ont tous été éliminés en quelques minutes. Aucun militaire israélien n’a été touché.
Par ailleurs, deux islamistes ont trouvé la mort au cours d’un «accident de travail», lorsqu’une roquette qu’ils s’apprêtaient à tirer contre le territoire israélien a «explosé prématurément».

A Ashkélon, une roquette de type Grad - dont les Palestiniens ont assuré avoir l’intention de se servir «plus régulièrement», et dont la puissance est supérieure à celle du Qassam - a explosé sur un parking, sans faire de blessé, mais une de ces roquettes a atterri dans le jardin d’une villa à l’intérieur de laquelle se trouvaient des enfants, et où un violent incendie s’est déclaré.

Selon un bilan publié peu avant midi, onze personnes ont été commotionnées et transportées à l’hôpital Barzilaï, une maison d’un moshav du conseil régional de Sdot Néguev ainsi qu'une usine ont été détruits, et plusieurs voitures ont été gravement endommagées.


Société

"Tsahal n'est pas mon armée"

Alors qu’en Israël, les objecteurs de conscience proviennent d’ordinaire des rangs de l’ultra-gauche, les médias ont annoncé, mercredi matin, que Yiska Federman est la première militante venue de la minorité ultranationaliste qui refuse de «faire son service militaire en invoquant des motifs idéologiques».

Agée de dix sept ans et demi, et fille de Noam Federman - un militant d’extrême droite connu, dont la «ferme» construite illégalement dans le secteur de Hébron a été récemment démantelée par les services de sécurité (d'une façon d'ailleurs vivement critiquée par la justice israélienne) - elle a déclaré ne pas être prête à servir dans l’armée israélienne «car Tsahal n’est pas mon armée».

Dans une lettre adressée à des responsables de Tsahal, où elle revient sur l’évacuation de la "ferme Federman", et dont plusieurs fragments ont été cités par la presse israélienne, mercredi matin, elle écrit notamment : «Il y a environ un mois et demi, au milieu de la nuit, tandis que je dormais paisiblement auprès de mes huit frères et sœurs, des centaines de policiers ont investi notre ferme en brisant toutes les fenêtres pour s’introduire plus vite à l’intérieur».

Selon elle, «les forces de l’ordre ont fait preuve d’agressivité à l’égard des personnes présentes dans la ferme, qui a ensuite été détruite avec tout ce qu’elle contenait». «Tsahal et la police ont agi comme des brigands dans la nuit ; c’est pourquoi bien qu’il me soit possible d’invoquer le fait que je suis religieuse, afin d’être exemptée en toute légalité de mes obligations militaires, j’estime préférable d’exprimer clairement l’aversion profonde que m’inspire cette institution qui a pour nom Tsahal».

Elle a enfin indiqué être «parfaitement consciente du prix» qu’il lui faudra payer pour sa décision, tout en précisant qu’elle «recevra le châtiment, quel qu’il soit, avec joie». «Jusqu’à présent, seuls les gauchistes radicaux étaient objecteurs de conscience», a-t-elle constaté, «or j’ai bel et bien l’intention de devenir la première militante de droite dans l’histoire du pays qui refuse de servir, qui dit clairement que Tsahal n’est pas son armée puisqu’elle déporte des juifs installés sur la terre d’Israël, et qui invite d’autres filles à suivre la même voie».


Politique

Eldad : "Interner d'urgence le gouvernement"

Vive indignation dans les rangs de la droite nationaliste face aux attaques massives contre le sud du pays : Avigdor Liberman, le Secrétaire général du parti Israël Beteinou, a déclaré, au cours d’une conférence de presse prononcée mercredi matin à Yad Hachmona : «Pour la première fois de ma vie, je suis en accord avec un slogan de Meretz», parti de la gauche sioniste qui a récemment qualifié le ministre de la Défense, Ehud Barak, «d’anormal».

Liberman a ajouté, en utilisant d’autres formules empruntées à ses adversaires politiques de Meretz et du parti Travailliste : «Qu’il ne soit ni sympathique, ni branché, c’est son problème ; mais le fait qu’il ne soit pas normal nous concerne tous». Liberman a également appelé le Premier ministre, Ehud Olmert, à «prendre une décision immédiate face à la situation où se trouve plongé le sud du pays», et à «démettre de ses fonctions Ehud Barak».

Le député et dirigeant de Hatikva, Aryeh Eldad, connu des médias pour ses locutions mordantes, a quant à lui estimé qu’il s’agit «d'interner d’urgence le gouvernement d’Israël pour cause de paralysie intégrale».
«Des dizaines de milliers d’israéliens vivent sous les roquettes et l’entourage d’Olmert ne fait rien ; le chef du gouvernement est occupé à brader le plateau du Golan, Livni rédige des articles qu’elle met en ligne sur son blog et Barak participe à des émissions humoristiques», en l’occurrence «Eretz Néhédéret», où à la surprise générale, et en dépit des nombreuses critiques estimant qu’il est «absolument dépourvu du sens du ridicule», le chef du parti Travailliste a fait une apparition.

Sur le terrain, deux obus de mortier ont explosé, en début d’après-midi, dans une usine du Conseil régional d’Eshkol, où «au moins trente personnes ont été commotionnées». Précisons que cette usine avait déjà été frappée par une roquette quelques heures auparavant.

Nethanyahou : "Nous allons changer la situation"

Selon le site Internet du Jerusalem Post, le Secrétaire général du Likoud, Benjamin Nethanyahou, a déclaré, mercredi après-midi, que «les habitants des localités du Néguev occidental ne pourront accepter de voir s’installer une base militaire iranienne dans la région».

Le chef de l’opposition, qui a tenu ces propos au cours d’un discours prononcé dans le cadre d’une rencontre entre certains membres du «Likoud mondial», a par ailleurs indiqué : «Il y a trois jours, alors que je me trouvais à Sdérot, une roquette Qassam a frappé de plein fouet la maison d’une nouvelle immigrante, vivant seule avec son enfant, et dont le témoignage m’a bouleversé».

Selon Nethanyahou, il s’agit de passer d’une «attitude strictement défensive» à des «opérations militaires efficaces, qui nous restitueront notre honneur national : la situation actuelle est inacceptable, et nous allons nous atteler à la changer».

Au même moment, la radio israélienne indiquait que les responsables de l’armée considèrent désormais qu’une «volonté de créer une situation analogue à celle du Hezbollah face à Israël anime actuellement les leaders du Hamas».


Religions

Noël à Gaza

La communauté catholique établie dans la bande de Gaza, dont les membres sont régulièrement victimes de l’attitude discriminatoire des islamistes locaux, et même d’actes de violence (attentats contre des écoles tenues par des religieuses, incendie d’établissements servant de l’alcool, etc.), tout en affichant des positions anti-israéliennes extrêmement virulentes et un soutien sans cesse réitéré au Hamas, a décidé «d’annuler» les célébrations qui devaient se dérouler dans la soirée du 24 décembre.

Ses représentants ont notamment déclaré qu’en «signe de protestation contre le blocus imposé par Israël à tous les habitants de la bande de Gaza et afin d’exprimer publiquement, en ce jour sacré, nos sentiments de solidarité avec nos frères musulmans», serait organisée une Messe de minuit qui sera «récitée dans la plus grande discrétion» par les trois cents catholiques que compte l’ensemble de la population chrétienne - estimée à moins de quatre mille personnes au total - qui est installée dans les territoires autonomes contrôlés par les milices du Premier ministre Ismaïl Haniyeh.


Autorité palestinienne

Menaces du Hamas

Alors qu’environ soixante-dix roquettes de types Qassam, Grad, et des obus de mortier se sont abattus, durant la journée de mercredi, vers les localités du Néguev occidental, où près de cinquante sept personnes, essentiellement de jeunes enfants, ont été commotionnées, et transportées dans les hôpitaux Soroka et Barzilaï, tandis que de lourds dégâts matériels ont été signalés - la direction du Hamas a publié un communiqué, dans la soirée, menaçant «d’intensifier» ses opérations et d’avoir désormais recours à des roquettes «plus perfectionnées et capables d’atteindre plus en profondeur le territoire de l’ennemi».

Selon l’organisation islamiste, les attaques massives de mercredi sont «la conséquence naturelle des opérations israéliennes, de la fermeture des points de passage, du blocus», ce qui «justifie de sévères représailles qui vont permettre à des milliers d’israéliens supplémentaires de faire connaissance avec les roquettes de la résistance palestinienne».
Les médias israéliens ont souligné que ces menaces tendent à confirmer les propos du chef du Shabak (Sécurité intérieure), Youval Diskin, lequel annonçait, en début de semaine, que «la branche armée du Hamas dispose désormais de moyens sophistiqués lui permettant d’atteindre Kyriat Gat, Ashdod, et même la périphérie de Beer Shéva».


Nouvelles brèves

Israël, le 24/12/08

ECONOMIE : La Bourse de Tel-Aviv clôture à la baisse. L'indice Tel-Aviv-25 perd 2,25%, le Tel-Aviv-100 2,49%, le Tel-Tech 1,22%, le Tel-Aviv-75 3,53%, et l’indice des valeurs bancaires 2,88%.
Sur le marché changes, le billet vert s’est renforcé de 0,991% par rapport à la monnaie israélienne, son taux s’établissant à 3,873 shekels, et l’Euro a gagné 1,003% par rapport à son cours de la veille, à 5,4199 shekels.

Sécurité : Un autobus israélien circulant près de Bethléem a été la cible de pierres lancées par des Palestiniens. Le véhicule a été endommagé.

Autorité palestinienne : Des habitants de Naplouse affirment avoir reçu des appels téléphoniques leur promettant 10 millions de dollars en échange de renseignements sur le sort de Guilad Shalit. Le même phénomène avait précédemment été signalé à Gaza.

Politique : Le Likoud pourrait obtenir 31 sièges à la Knesset, Kadima 25, Israël Beteinou 12 et le parti travailliste 11, selon un sondage effectué par le Likoud.

Sécurité : L'aviation israélienne a effectué des vols de reconnaissance au-dessus du Liban, alors que la Syrie y poursuit ses transferts d'armes au Hezbollah.

Autorité palestinienne : La Basilique de la Nativité à Bethléem accueillera des milliers de pèlerins pour les fêtes de fin d'année. Israël a délivré à cette occasion 15.000 permis à des Palestiniens chrétiens désireux de se rendre dans la cité.

Economie : D'après une étude réalisée par l'université Ben Gourion de Béersheva, 4000 ONG israéliennes sont en danger de fermeture, et 35.000 employés risquent le licenciement en raison de la crise économique mondiale.

Social : Suite aux nombreuses agressions contre des personnes âgées, notamment le jour du paiement de leurs allocations mensuelles, la localité de Natsrat Illit a déployé des policiers près des banques et des guichets de retrait automatique. Les agents de la sécurité, ainsi que des lycéens bénévoles, escorteront les seniors jusqu'à leur domicile.

Société : 55 % des israéliens sont contre un retrait total du plateau du Golan, même contre une paix globale avec la Syrie, selon un sondage de l’Institut Maagar Mohot publié ce mercredi matin.

Sécurité : Cinq Palestiniens ont été arrêtés cette nuit par les forces de Tsahal à Bethléem et à Kalkilia. Les suspects ont été confiés aux services de sécurité pour enquête.


Nouvelles brèves, International

Monde, le 24/12/08

AFFAIRE MADOFF / USA : La Fondation Elie Wiesel dont ''15,2 millions de dollars, soit la quasi totalité des avoirs'' était gérée par la société d'investissement de Bernard Madoff, a été elle aussi victime de la fraude pyramidale orchestrée par l'ancien courtier new-yorkais.
Par ailleurs, L'American Technion Society, l'un des principaux soutiens financiers du Technion de Haifa, a perdu 72 millions de dollars dans cette affaire.

USA : Le grand rabbin d'Israël Yona Metzger a appelé le président sortant George Bush à gracier Jonathan Pollard, l'agent israélien incarcéré depuis 22 ans, et d'accomplir ainsi "un acte hautement humanitaire".

INDE : Mohammed Amir Iman, le seul survivant du commando terroriste islamiste de Bombay restera en détention provisoire jusqu'au 6 janvier. Il est sous le coup d'accusations d’actes de guerre contre le pays, meurtres, tentatives de meurtres, et violation de la législation sur les armes et les explosifs.

EGYPTE : Un enseignant australien a été arrêté à l'aéroport du Caire avec dans ses bagages une momie de chat et une momie d'ibis datant de 300 avant J.C, ainsi que 19 statuettes d'Horus et de Thoth. Le suspect a été inculpé pour contrebande.

USA : Jabed Ikbal, le propriétaire d'un opérateur satellite, risque 6 ans de réclusion pour aide à une organisation terroriste. Le coupable avait diffusé la chaîne Al Manar du Hezbollah à New York.

GUINEE : Désordres après la mort du président Sanlana Conté: des soldats ont pris le contrôle des mines de minéraux. L'Union africaine prévoit une réunion rapide du Conseil de paix et de sécurité pour examiner la situation en Guinée.

PHILIPPINES : 26 personnes ont été blessées lors d'un attentat à la grenade pendant un concert en plein air au sud de l'archipel.

ITALIE : Un tremblement de terre de magnitude 5,2 sur l'échelle de Richter a secoué le nord du pays. Aucune victime n'a été signalée.

LIBAN : Saad Hariri, le chef de la majorité parlementaire anti-syrienne et président du Courant du Futur, s'oppose à des négociations de paix du Liban avec Israël mais encourage les pourparlers entre Jérusalem et Damas.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil