Mises en garde du chef du Shin Beth, Avi Dichter, aux membres de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset

source : service de presse de l’Ambassade de France en Israël.

jeudi 26 février 2004

« Les Palestiniens investissent des efforts considérables dans la fabrication d’armes « anti-barrière », afin de la contourner » , a déclaré avant-hier Avi Dichter


Lors de son rapport bi-annuel, qui a duré plus de quatre heures , précise le Maariv, le chef du Sabak a ajouté que l’activité accrue des Palestiniens dans le développement de nouvelles armes est indépendante du plan de séparation, signalant qu’Israël devra peut-être se lancer « dans une opération du type « mur de protection » », cette fois à Gaza.

A. Dichter a fait valoir que les Palestiniens tentent de transférer le savoir-faire sur la fabrication d’artillerie, de la Bande de Gaza à la Cisjordanie, pour qu’il soit possible d’attaquer Israël avec des armes à longue portée depuis là-bas aussi. Les Palestiniens oeuvrent aussi à perfectionner leurs explosifs. D’une manière générale, a déclaré Dichter, « les territoires de l’Autorité palestinienne constituent un refuge pour les terroristes. »

Le chef du Shin Beit a souligné que les alertes aux attentats restent très nombreuses, et qu’il faut hâter la construction de la barrière de protection - « sans égard pour ce qui se passe à La Haye ». La construction de la barrière enveloppant Jérusalem doit recevoir la plus haute priorité. « C’est un véritable projet national », a-t-il ajouté, rapporte le Yédiot.

Selon Dichter, si l’on observe une baisse l’an dernier du nombre des Arabes israéliens impliqués dans le terrorisme, l’Iran et le Hezbollah font des efforts accrus pour recruter des Arabes israéliens, note le Haaretz . Ainsi, ajoute le Maariv, l’Iran infiltrerait des terroristes en Israël via l’Europe.

Enfin, le chef des services de sécurité a ajouté que l’attentat contre le consulat britannique d’Istanbul, le 20 novembre 2003, qui avait fait 27 morts et des centaines de blessés, visait en réalité le consulat israélien, les terroristes ayant modifié leur projet à la dernière minute en raison du cordon de sécurité encadrant le consulat, rapportent les journaux.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil