Misère et servitude du prolétariat médiatique

Gilles William Goldnadel

mardi 28 octobre 2008, par Desinfos

Il est possible que Rachida n’ait ni l’art ni la manière, il est juste d’observer que le gouvernement n’a pas les moyens pénitentiaires de sa politique judiciaire. Il n’empêche. Le peuple français a mandaté clairement le Président et sa majorité parlementaire pour rompre avec l’angélisme d’hier. Ce n’est ni aux syndicats de magistrats, ni à l’Ordre des Avocats de tenter de paralyser les réformes entreprises au nom d’un humanisme dévoyé.


Voir en ligne : Lire l’article sur : http://blognadel.over-blog.com/


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil