Près de 400 membres du Fatah démissionnent, dénonçant la corruption et le manque d’évolution du parti d’Arafat

dimanche 8 février 2004


Près de 400 membres du Fatah, le parti de Yasser Arafat, ont démissionné samedi pour protester contre la corruption et le manque d’ouverture à l’intérieur du parti.

Ces membres ont envoyé une lettre à M. Arafat et aux autres chefs du mouvement exposant leur colère à l’égard de la corruption, des problèmes de management et du manque de clarté de la ligne à suivre dans le conflit avec Israël.

Ces démissions en masse constituent le dernier épisode d’une friction latente depuis longtemps entre les jeunes membres du parti, qui reste la principale force politique pour les Palestiniens, et la vieille garde qui accompagne M. Arafat depuis son retour en Cisjordanie à l’issue des accords intérimaires de paix signés avec Israël au début des années 90.

Au centre des disputes se trouvent les élections des instances dirigeantes du parti, et les accusations des plus jeunes qui estiment que les plus vieux ne veulent pas en entendre parler de peur de perdre leurs positions. Les textes régissant le Fatah prévoient que des élections doivent avoir lieu tous les cinq ans, mais aucune n’a été organisée depuis 1989.

Ces 400 ex-membres désormais du Fatah faisaient partie de la base du mouvement, aucun d’entre-eux n’étant une personnalité de l’organisation.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil