Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le front de Gaza se réveille après l’attentat de Dimona

Le front de Gaza se réveille après l’attentat de Dimona

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

mercredi 6 février 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Un jour après l’attentat-suicide de Dimona, et après une période de calme relatif à la frontière avec Gaza, l’armée a bombardé une infrastructure du Hamas dans la bande de Gaza mardi 5 février après qu’une salve de roquettes a été lancée contre Israël.

Islam Shahwan, un porte-parole des forces opérationnelles du Hamas, a annoncé que les bombardements de l’armée avaient touché une centrale électrique dans le village d’Abasan, à l’est de Khan Younès. D’après lui, les hommes étaient en train de célébrer la prière de l’après-midi quand le bâtiment a été touché.

Deux hommes armés du Hamas ont également été tués au cours d’affrontements avec des soldats de l’armée.

Après la tombée de la nuit mardi, l’aviation a tiré des missiles contre les équipes de lanceurs de roquettes dans le nord de la bande de Gaza, blessant 3 personnes, ont annoncé les forces de sécurité et des équipes médicales palestiniennes. Un officiel du Ministère de la santé palestinien, le Dr Moaiya Hassanain, a déclaré que les blessés étaient des civils. L’armée n’a publié aucun commentaire.

Dans la journée de mardi, l’armée a tué au moins 9 activistes dans des opérations terrestres et aériennes.

En début de soirée, le Hamas a lancé dix roquettes contre la ville de Sderot. L’une a directement frappé une maison, blessant trois personnes légèrement et causant de graves dommages matériels. Plusieurs personnes ont été traitées pour choc. La ville de Sderot, peuplée de 24 000 habitants, est également restée en partie dans l’obscurité après qu’une ligne électrique a été endommagée par une roquette. Six kassam ont été tirées plus tard dans la nuit de mardi, l’une dans la région d’Askhelon.

En 24 heures, la police des frontières a arrêté 236 Palestiniens qui étaient entrés illégalement en Israël pour travailler. Deux d’entre eux étaient recherchés par le Shin Bet (services de sécurité intérieurs) pour être interrogés.

Les terroristes suivent souvent les traces de ces travailleurs illégaux pour contourner les checkpoint et sortir de Cisjordanie. Les 30 kilomètres sans barrière des environs de Hébron sont utilisés par les travailleurs illégaux pour entrer en Israël. Il est possible que les deux terroristes à l’origine de l’attentat de Dimona aient emprunté ce chemin, les forces de sécurité estimant qu’ils étaient familiers des villes du Néguev.

Les mois précédents, la police des frontières avait découvert à Dimona des travailleurs palestiniens illégaux embauchés dans des chantiers de construction. Les forces de sécurité supposent que les deux terroristes étaient originaires de Hébron.

Par ailleurs, une explosion a été entendue dans le nord près de la frontière du Liban. L’armée a déclaré qu’il n’y avait pas de blessés mais qu’elle enquêtait sur la provenance et la nature de l’explosion.

ISRAËL - AUTORITÉ PALESTINIENNE

Rosh hodesh Adar

Mercredi 6 février marque le premier jour du mois de Adar. Malgré une actualité sécuritaire et politique chargée, « mi she nichnas Adar marbim be Simha ».

Cette année est une année « méouberet » dans le calendrier hébraïque, ce qui signifie qu’il y a deux mois de Adar. La fête de Pourim se déroulera le deuxième mois de Adar - en Adar bet.


Les Ezzedine Kassam revendiquent à leur tour l’attentat de Dimona

Les terroristes qui ont perpétré l’attentat-suicide lundi 4 février à Dimona étaient des membres du Hamas et vivaient à Hébron. Les deux - Mohammed Hirbawi et Shadi Zughayar - âgés de 20 ans, étaient des membres de la branche militaire du Hamas, les Ezzedin Kassam, a déclaré le mouvement mardi 5 février.

Plus tôt, la branche armée du Fatah - les Brigades des martyrs d’al-Aqsa - avait revendiqué l’attentat et révélé l’identité de deux autres terroristes. Un autre groupe affilié au Fatah basé en Cisjordanie avait aussi revendiqué l’attentat et donné l’identité de deux autres hommes.

Dans leur déclaration de mardi, les Ezzedine Kassam ont annoncé que le Hamas préparait d’autres attaques en réponse au « siège barbare et inhumain de la bande de Gaza ». Abou Obaidah, le porte-parole du mouvement, a attribué le retard du groupe à revendiquer l’attentat à des « raisons sécuritaires ». Il a ajouté que le Hamas souhaitait aussi créer le trouble en Israël en semant la confusion sur l’identité des responsables de l’attentat. Il a également rejeté les affirmations selon lesquelles les terroristes seraient entrés en Israël en empruntant le chemin égyptien.

Le groupe a ajouté dans sa déclaration que l’attaque contre Dimona avait été organisée car le Hamas voulait prouver à Israël qu’il était encore capable de conduire ce genre d’opération. Les deux terroristes appartenaient à de grandes tribus de Hébron et avaient tous les deux un emploi. Zughayar travaillait dans une usine de plastique et aurait disparu une journée avant l’attentat. Hirbawi travaillait dans une usine de papier et aurait quitté Hébron le même jour.

Olmert opposé au déploiement de troupes égyptiennes supplémentaires

La radio militaire annonce mercredi 7 février dans l’après-midi que le Premier ministre Ehoud Olmert s’est déclaré hostile au déploiement de troupes égyptiennes supplémentaires à la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza.

L’Egypte demande depuis longtemps d’accroître sa présence, mais Israël a toujours refusé jusque maintenant. D’une part, une quelconque modification dans les forces présentes sur le terrain obligerait à réouvrir les accords de Camp David. D’autre part, de nombreux responsables de la défense ont soutenu que le problème majeur des troupes égyptiennes n’était pas leur nombre mais leur motivation. Enfin, le rôle trouble des Egyptiens dans la contrebande d’armes et la construction de tunnels a soulevé d’autres objections.

Mais depuis la prise de Gaza par le Hamas, et la percée de la frontière de Rafiah il y a deux semaines, certaines voix dans l’establishment israélien ont commencer à soutenir le déploiement de nouvelles troupes égyptiennes. L’attentat de Dimona, qui a révélé la facilité avec laquelle un terroriste pouvait passer de Gaza au Sinaï et de là en Israël, semblait également plaider en faveur de la requête égyptienne.

Olmert a également déclaré qu’il était opposé au déploiement d’une force multinationale à Rafiah.

La police ferme un centre du Hamas dans Jérusalem

La police de Jérusalem a fermé un centre religieux et éducatif à Jérusalem Est lundi 4 février. Le centre était dirigé par des activistes du Hamas, a déclaré la police mardi. Le Club d’éducation, situé dans le quartier de Tzur Bahir à Jérusalem Est, a été fermé par ordre du ministre de la Sécurité intérieure Avi Dichter. Le Club était utilisé comme centre de recrutement par le mouvement islamiste, a déclaré le porte-parole de la police Shmuel Ben-Ruby.

Le directeur du centre, Hussein Abou Hamed, a déclaré que les accusations israéliennes étaient « sans fondement ». « Nous ne sommes affiliés à aucune faction palestinienne et nous ne représentons aucune d’entre elles », a déclaré Abou Hamed à l’AP. Le centre, fondé en 2000, a porté plainte mardi pour obtenir une annulation de sa fermeture.

Le Hamas, qui ne reconnaît pas le droit d’Israël à exister, qui refuse de renoncer à la violence ou à accepter les accords de paix signés dans le passé, cherche à pénétrer Jérusalem Est. La fermeture de lundi faisait suite à d’autres mesures prises par la police pour garder le Hamas en dehors de la ville.

L’assassin de Rehavam Zeevi condamné à la prison à perpétuité

Le deuxième assassin de l’ancien ministre du Tourisme Rehavam Zeevi a été condamné mardi 5 février à la prison à perpétuité par le tribunal de Jérusalem. La peine est assortie de 20 ans de prison.

Basel al-Asmar avait été inculpé pour meurtre, tentative de meurtre et appartenance à une organisation terroriste. L’autre assassin de Zeevi, Hamdi Quran, a été condamné au mois de décembre à deux termes de prison à perpétuité.

Zeevi avait été abattu dans un hôtel de Jérusalem le 17 octobre 2001, alors qu’il revenait dans sa chambre après un dîner avec son épouse. Quran avait tiré trois fois en visant la tête. Blessé à la tête et au cou, Zeevi s’était alors effondré au sol. Sa femme, Yaël, l’avait découvert quelques minutes plus tard, alertant le personnel de l’hôtel par ses cris.

Les assassins, qui avaient utilisé un silencieux, s’étaient enfui en Cisjordanie.

Quran et al-Asmar appartenaient au Front populaire de libération de la Palestine, le mouvement fondé par George Habash, dont les funérailles ont été organisées la semaine dernière à Amman. Habash, âgé de 81 ans, est mort d’une crise cardiaque. Des députés Arabes israéliens se sont rendus à Amman rendre « un dernier hommage à l’une des figures centrales de la résistance palestinienne », selon leurs mots.

Olmert demande à l’Autorité palestinienne de rénover le tombeau de Joseph

Le Premier ministre Ehoud Olmert a demandé à l’Autorité palestinienne de protéger et de rénover le tombeau de Joseph à Naplouse, a déclaré le député Meïr Porush de Yahadout ha-Torah (parti orthodoxe askhénaze).

Dans une lettre adressée à Porush, Olmert a répondu positivement à sa demande de s’assurer que l’Autorité palestinienne traîtera le site avec le respect dû à un lieu sacré, a confié Porush.

« J’accepte votre suggestion », a écrit Olmert à Porush. « La responsabilité de réaliser cette demande sera transmise à la direction politique. J’ai donc demandé au ministre de la Défense Ehoud Barak de coordonner sa mise en oeuvre avec son homologue palestinien. »

L’armée a limité l’accès au site d’une manière drastique depuis la seconde Intifada qui avait éclaté en octobre 2000, quand une bande de Palestiniens avaient saccagé les lieux.


Rebondissements autour de Winograd

Une interview du professeur Dror Ezechiel, publiée en partie ce matin mercredi 6 février par le quotidien israélien Maariv, et qui doit être publiée dans son intégralité dans l’édition de Shabbat, soulève une vague de protestations en Israël.

Le professeur Dror est l’un des membres de la commission Winograd chargée d’enquêter sur la conduite du gouvernement et de l’armée pendant la seconde guerre du Liban. La commission a publié ses conclusions la semaine dernière, réactivant les appels de l’opposition à la démission du Premier ministre Ehoud Olmert.

D’après le Maariv de ce matin, le professeur Dror a déclaré que « si Ehoud Olmert fait avancer le processus de paix, cela doit être pris en considération ».

L’opposition a déclaré avec colère que le rapport Winograd devait être jeté à la poubelle, dans la mesure où il avait été influencé par les considérations politiques des membres de la commission. L’opposition demande la convocation d’une enquête juridique sur la seconde guerre du Liban, estimant que les propos de Dror jettent un sérieux soupçon sur l’impartialité de la commission.

Dror a répondu ce matin sur la radio militaire qu’il s’agissait seulement d’une partie de l’interview, et qu’il faudrait attendre sa publication intégrale avant de pouvoir se faire un jugement sur la teneur de ses propos. Il a également déclaré qu’il s’était exprimé à titre privé, et non en tant que membre de la commission.

Le juge Eliahou Winograd devrait publier une déclaration ce matin.

Tommy Lapid, journaliste et ancien député et ministre, a déclaré ce matin à la radio qu’il ne voyait pas l’intérêt des enquêtes consécutives à une guerre. Il a demandé : « Winston Churchill et Charles de Gaulle ont-ils été l’objet d’une enquête après la seconde guerre mondiale ? ».

Le « scandale » est largement relayé ce matin dans les médias israéliens.

Un couple abuse des personnes âgées et handicapées

Un couple de la région du Sharon a été arrêté, a déclaré la police du district de Tel-Aviv mardi 5 février. Il est soupçonné de fraude et de manipulation sexuelle sur des personnes âgées, des personnes handicapées physique ou mentale - des « victimes impuissantes », telles que les a qualifiées la Brigade anti-fraude de Tel-Aviv.

La police soupçonne le couple d’avoir organisé des intrigues de manière à prendre le contrôle du bien des victimes, les convaincant de signer des papiers leur léguant tous leurs biens. Dans au moins deux cas connus de la police, Yafit Helbos, 50 ans, a séduit sa victime et maintenu des relations sexuelles avec elle avant de la convaincre de renoncer à ses biens. Son ex-mari, Rafaël Helbos, 42 ans, est soupçonné d’avoir participé aux scénarios organisés pour manipuler les personnes. La police estime que le total des vols atteint un montant de centaines de milliers de dollars.

La plupart des victimes vivaient seules, ce qui en faisait des proies faciles. Dans certains cas, le couple est même soupçonné d’avoir falsifié des signatures et d’avoir agressé physiquement les victimes.

Lundi, la police a perquisitionné la maison des Helbos, ce qui lui a permis de trouver des documents confirmant les plaintes des victimes. C’est alors que le couple a été arrêté.

Le couple est en garde à vue pour 7 jours. Il nie les faits.

Le chef du Mossad sort de son silence

Le chef du Mossad, Meïr Dagan, a déclaré mardi 5 février devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, que l’Iran atteindrait des capacités nucléaires offensives d’ici 3 ans. Dagan a expliqué que l’Iran restait la menace principale contre Israël, pas seulement parce qu’il cherchait à acquérir des armes nucléaires, mais également à cause de son influence sur des menaces plus immédiates - le Hamas, le Hezbollah et la Syrie.

L’Iran travaille dans deux directions, a développé Dagan : D’une part, l’enrichissement d’uranium, et d’autre part la fabrication de missiles sol-sol à longue portée. Dagan a déclaré que l’Iran n’avait pas encore acquis les connaissances nécessaires au développement d’armes nucléaires mais que cela arriverait bientôt. La position israélienne - contrairement à celle des Etats-Unis - considère que le danger deviendra immédiat dès que l’Iran aura acquis les connaissances suffisantes pour produire du nucléaire militaire. Le critère des Etats-Unis est le début effectif de la production. L’une des missions des missiles sol-sol est de transporter de la matière nucléaire.

Dagan a déclaré que l’Iran développait sa relation avec la Syrie, notamment dans le transfert d’informations, et fournissait aux Palestiniens les armes, la technologie et l’entraînement, particulièrement dans la bande de Gaza. Il a ajouté que le soutien de l’Iran améliorerait la portée des roquettes et des missiles que les Palestiniens seraient en mesure de tirer contre Israël.

La Syrie et le Hezbollah ont tiré les leçons de la seconde guerre du Liban et sont arrivés à la conclusion qu’ils ne sont pas capables de rivaliser avec la puissance de tir d’Israël, a indiqué Dagan. C’est pourquoi ils concentrent leur énergie dans le développement de missiles, le point faible d’Israël.

« Les roquettes et les missiles sont une menace plus consistante que par le passé », a continué Dagan. « La Syrie améliore son arsenal de missiles sol-sol. Le nombre de missiles et de roquettes qu’elle possède aujourd’hui est deux fois supérieur à celui de deux ans plus tôt ». Selon Dagan, le rapport américain sur l’Iran - d’après lequel celui-ci avait interrompu son programme nucléaire en 2003 - a rendu plus difficile l’imposition de sanctions contre l’Iran. Cela « fait glisser le tapis sous tous les efforts d’imposer des sanctions diplomatiques, laissant Israël seul face à la menace ».

INTERNATIONAL

Primaires américaines

Les premiers résultats des primaires organisées mardi sur la côte Est des Etats-Unis donnent les démocrates Barack Obama et Hillary Clinton au coude à coude alors que côté républicain, le favori John McCain accroît encore son avance sur ses rivaux.

Aucune surprise n’est pour l’instant venue du duel attendu entre le candidat afro-américain et l’ex-« First lady ». Obama, sénateur de l’Illinois s’est imposé logiquement à domicile ainsi qu’en Géorgie et en Alabama. Clinton, sénatrice de New-York a de son côté enregistré des victoires prévisibles dans le New Jersey, l’Oklahoma, le Tennessee, l’Arkansas, le Massachusets et dans son propre Etat.

Barack Obama a toutefois marqué un point supplémentaire dans la bataille psychologique qui fait rage au sein du parti démocrate, ce dernier parvenant à s’imposer dans le Delaware, un Etat où les deux candidats étaient donnés au coude à coude avant le scrutin de mardi.

Côté républicain, le vétéran du Vietnam John McCain a signé cinq succès de rang dans les Etats de New York, du Connecticut, de l’Illinois, du New Jersey et du Delaware, reléguant ses adversaires à de timides percées dans les autres Etats de la côte Est.

Un peu plus tôt dans la journée, l’ancien prêtre baptiste Mike Huckabee a en effet remporté les caucus républicains en Virginie occidentale avant de s’imposer en Alabama et dans l’Arkansas, Etat où celui-ci a occupé un temps les fonctions de gouverneur.

Mitt Romney, milliardaire mormon et rival le plus sérieux de John McCain à l’investiture républicaine avant le « Super Tuesday », n’a enregistré pour le moment qu’une seule victoire et l’une des plus attendues, dans son fief du Massachussets.

Le ministre de la Défense français au Tchad

Le ministre français de la Défense Hervé Morin est arrivé mercredi à N’Djamena pour une visite qui n’avait pas été annoncée par avance et au cours de laquelle il doit rencontrer le président tchadien Idriss Déby.

A Paris, Bernard Kouchner a réaffirmé que l’aviation française n’était pas intervenue dans les combats qui opposent les rebelles aux forces gouvernementales tchadiennes. « Nous ne sommes pas intervenus », a souligné sur Europe-1 le ministre français des Affaires étrangères avant d’ajouter : « Nous n’avons pas pris part à cette guerre entre Tchadiens. Et pourtant nous le pourrions maintenant si nous le souhaitions - et nous ne le souhaitons pas - puisque la communauté internationale nous a donné non pas seulement la possibilité mais l’obligation de servir le gouvernement légal ».

La Grande-Bretagne investit dans l’enseignement de la Shoah auprès des jeunes

Les écoles de Grande-Bretagne pourront envoyer deux élèves de première ou de terminale par an à Auschwitz grâce au financement débloqué par l’Etat en faveur de l’Organisation pour l’enseignement de la Shoah.

Le Ministre de l’Education Jim Knight a annoncé lundi 4 février que le gouvernement fournira 4,65 millions de livres à l’Organisation pour soutenir son programme pendant trois ans. L’Organisation londonienne intervient auprès des écoles - mais aussi auprès des universités et des communautés - pour renforcer la connaissance et la compréhension de la Shoah. Elle accompagne les élèves les plus âgés, de tous les profils socio-économiques et de toutes les régions, à Auschwitz. En 2007, l’Organisation pour l’enseignement de la Shoah a emmené 3 000 étudiants. Cette année, elle prévoit d’en emmener plus de 4 000.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette