Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > z_Colonne Droite1 > Le courrier des lecteurs > Les perversions de l’antisionisme

Les perversions de l’antisionisme

iodure

dimanche 28 décembre 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Ilka Schroeder*, députée au Parlement Européen, a donné une conférence au Centre d’Etudes Germaniques de l’Université Ben Gourion, lundi 22 décembre 2003, intitulée « L’Union européenne, Israël, et le terrorisme palestinien ».

« Les Européens », a expliqué la députée Schroeder, « ont soutenu l’Autorité palestinienne dans le but de devenir son principal promoteur, et, par ce biais, défier les Etats-Unis et se profiler comme une future puissance mondiale. Aussi, l’Intifada d’Al-Aksa doit-elle être comprise comme une guerre par procuration entre l’Europe et les Etats-Unis ».

« C’est un secret de Polichinelle au sein du Parlement européen que l’aide de l’Union Européenne à l’Autorité palestinienne n’a pas été employée correctement », a déclaré la députée Schroeder, au cours d’une conférence récente à New York.

« Le Parlement européen n’a pas l’intention de vérifier si l’argent des contribuables européens a pu être employé pour financer des attentats antisémites meurtriers. Malheureusement, cela fait bien l’affaire de la politique européenne dans cette région. »

La députée Schroeder, âgée de 25 ans, a d’abord été membre du Parti Vert allemand. Elle a entamé sa carrière politique en protestant contre la guerre au Kosovo (ou plutôt la tentative d’y mettre fin) et en dénonçant la globalisation. Il y a un an, l’attention de la députée Schroeder s’est focalisée sur une question, éludée pendant longtemps par les membres de la gauche radicale : le détournement de quelque 250 millions de l’aide annuelle pour les Arabes de Yesha (Judée, Samarie et Gaza) pour corrompre des fonctionnaires et des groupes de terroristes résolus à la destruction d’Israël.

La députée Schroeder est parvenue à faire lancer une enquête sur cette affaire par le Bureau Antifraude Européen (OLAF), en dépit de la pression importante exercée par ses collègues et camarades parlementaires pour qu’on la passe sous silence. La députée Schroeder s’est gaussée de ses collègues qui souhaitent ignorer la question du financement du terrorisme contre les Juifs au moyen de l’argent de l’Union européenne, les traitant de « simples d’esprit antisémites ». Elle a également accusé Chris Patten, le Commissaire aux relations extérieures de l’Union européenne de « clin d’œil d’approbation des attaques terroristes financées par l’Union européenne. »

Dans son discours à l’Université Ben Gourion, la députée Schroeder a déclaré :

« Le but essentiel de l’Union européenne est l’internationalisation du conflit, afin de souligner la nécessité de son propre rôle de médiation ». Elle a averti que les appels européens réitérés à l’envoi d’une force multinationale dans la région - dont celui, tout récent, du chef du plus grand bloc politique au Parlement [européen] - conjugués avec les niveaux élevés d’antisémitisme en Europe et dans le monde arabe, pourraient déboucher sur un désastre pour les Juifs ; où qu’ils se trouvent.

« Les Palestiniens jouent le sale rôle de chair à canon de canon dans la guerre secrète de l’Europe contre les Etats-Unis », ajoute-t-elle.

Si son appel à une reddition de comptes concernant le financement de l’Union européenne a bien été approuvé par près d’un quart des 626 membres de cette institution, la députée semble convaincue, avec irritation, que ses efforts pour débusquer l’antisionisme - qu’elle considère comme une version européenne polie de l’antisémitisme - n’ont abouti à rien.

La députée Ilka Schroeder a été adoptée par beaucoup de groupes juifs en Europe et aux Etats-Unis, et elle a décidé de visiter Israël pour la première fois, afin de faire avancer la recherche sur le rôle de l’Union européenne dans la région.

« Il n’y a aucune différence entre la conscience d’un membre moyen du Parlement européen et celle d’un manifestant allemand moyen pour la paix, et je considère cela comme un mélange de naïveté, de moralisme, d’anti-américanisme, d’antisémitisme, et d’antisionisme, et aussi comme un danger très sérieux », a-t-elle affirmé, au cours de son cycle de conférences aux Etats-Unis. « C’est à la lutte contre ces tendances que tendent tous mes efforts. »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette